Naissance du groupe Aprionis issu du rapprochement des groupes Apri et Ionis

    Le groupe de protection sociale Aprionis est né le 8 janvier 2009. Les Conseils d’administration des organismes membres des groupes APRI et IONIS ont voté en assemblée constitutive la création du nouveau groupe.

    Complémentaires sur leurs métiers et partageant une culture commune du développement, APRI et IONIS ont décidé d’unir leur savoir-faire et leurs forces pour se positionner parmi les tout premiers groupes paritaires de protection sociale :
    – 5 millions de personnes protégées dont 1,4 million de retraités,
    – 250 000 entreprises adhérentes,
    – 2 723 collaborateurs.

    Le nouveau groupe dispose ainsi de l’ensemble des atouts et des compétences pour accompagner les personnes et les entreprises face aux enjeux d’avenir de la protection sociale : la retraite, l’assurance de personnes (prévoyance, couverture santé, épargne), l’épargne salariale et socialement responsable, les
    services à la personne à toutes les étapes de la vie.

    Aprionis puise ses valeurs dans l’économie sociale. Sa gouvernance est paritaire avec une association sommitale composée de trente membres représentant les salariés et les employeurs. Le but non lucratif du groupe offre, sur le marché, une alternative à la logique des sociétés de capitaux. Ceci implique un comportement socialement responsable et une éthique irréprochable également sur le secteur concurrentiel de l’assurance de personnes.

    Trois principes fondateurs ont conduit l’opération de rapprochement :
    – réaliser une fusion à parité sans absorption d’un groupe par l’autre,
    – additionner l’ensemble des activités des groupes APRI et IONIS,
    – maintenir l’ensemble des emplois.

    Le pilotage du groupe est assuré par un conseil de surveillance présidé par Georges Bouverot, Président, et Pierre Steff, Vice-président, et par une direction générale confiée à Jacques Nozach.

    Aprionis s’affiche dès à présent comme un groupe ouvert sur d’autres opportunités de rapprochements, en particulier avec VAUBAN HUMANIS avec qui un protocole d’accord a été conclu le 8 juillet 2008.