Mutuelle étudiante SMENO : résultats de l’enquête « Le tabac et les lycéens en 2008 »

    Mauvaise nouvelle : le regain de consommation de tabac constaté début 2007 se confirme dans l’enquête 2008 de la mutuelle étudiante SMENO ; après 3 enquêtes successives constatant une baisse en 2004, 2005 & 2006, les lycéens recommencent à fumer à plus de 40% (surtout les garçons à presque 43% alors que les filles descendent à 37%). Le thème de la Journée Mondiale sans tabac 2008 : «Jeunesse sans tabac » est plus que jamais d’actualité.

    L’enquête « Le tabac et les lycéens en 2008 » a permis de rassembler 5600 questionnaires remplis dans des classes de lycées et dans des salons de l’étudiant et du lycéen à l’initiative de la SMENO ; le premier résultat en est que les lycéens déclarent fumer : « un peu » à 19,8%, « beaucoup » à 14,8% et « passionnément » à 5,06% pour un total de 39,65% à comparer au 39,58% de 2007. Si cette différence est faible, les évolutions des garçons et des filles montrent des évolutions inversées : les filles descendent de presque 40% à moins de 37% de fumeuses alors que les garçons montent de 39 à presque 43% de fumeurs, chiffre que l’on ne voyait plus depuis 2005. Principal élément favorable, l’age de la première cigarette remonte un peu puisqu’ils ne sont plus que 45% à déclarer avoir commencé à fumer entre 8 et 13 ans (contre 55% en 2007). Egalement favorable est l’étude du test de Fagerström qui mesure le dépendance nicotinique : les dépendances fortes descendent de 12,9% à 10,22% et les dépendances moyennes de 20,74% à 17,30% ; ce qui fait que les dépendances faibles et très faibles montent de 66% à 72%.
    Même phénomène pour le cannabis qui, après 4 ans de baisse au niveau des fumeurs quotidiens (1 joint et plus par jour), voit sa consommation remonter à cause des garçons (7,09% contre 6,26%). Les garçons qui ne touchent pas au cannabis ne sont plus que 51% (54% en 2007) mais les filles abstinentes sont 63% (contre 62% en 2007). Même aggravation sur les signes de dépendance au cannabis : les garçons déclarant fumer occasionnellement le matin sont 13,8% (contre 11,7% en 2007) et ceux fumant seul du cannabis sont 13,21%.
    Concernant les autres produits psycho actifs, les consommations de speed et surtout d’ecstasy sont en nette augmentation chez les garçons : 4,5% prennent de l’ecstasy (contre 2,5% en 2007) et 2,2% du speed (contre1,3%) ; la cocaïne reste stable autour de 0,57% ( 0,8 pour les garçons et 0,4 pour les filles) alors que le LSD n’est plus déclaré que par 0,3% des lycéens.

    La tendance sur la consommation d’alcool va dans le même sens puisque 63,7% des garçons déclarent en consommer (58,9% en 2007), la proportion de filles consommant de l’alcool passant de 40% à 43%. Quant aux consommations festives d’alcool, elles continuent de progresser avec 43,54% (contre 41,4% en 2007) des garçons déclarant boire 7 verres et plus par soirée ; là aussi, la détérioration de 2007 par rapport à l’évolution 2004/05/06 se confirme et se retrouve également sur le nombre d’ivresse systématique qui remonte à 19,6% pour les garçons (contre 16,7% en 2007).

    En résumé, les filles redeviennent plus raisonnables que les garçons qui consomment sensiblement plus de tous les produits ; les seuls résultats encourageants étant que l’age de la première cigarette recule et que la dépendance à la nicotine est en baisse. L’interdiction de fumer dans les lieux publics ne suffit donc pas à réduire la consommation de tabac des plus jeunes même si les lycéens déclarent que cette mesure les incitera à réduire leur consommation (à 43%) et même à arrêter de fumer (à 14%).

    [ad#pub-assurances]