Mutuelle d’assurances : La Roam à Berlin pour le statut de mutuelle européenne

La Roam organisait les 20 et 21 mai à Berlin une assemblée régionale réunissant 40 président et directeur généraux de mutuelles d’assurances. L’occasion pour la Réunion des organismes d’assurance mutuelles de revenir sur Solvabilité 2, le statut de mutuelle européenne, et d’inciter leurs homologues allemands à venir en parler.

« Deux sujets préoccupent aujourd’hui les dirigeants des mutuelles françaises: l’absence de reconnaissance légale au niveau européen du modèle mutualiste et les conséquences de l’entrée dans Solvabilité II, les deux sujets pouvant interférer » explique un communiqué.

Les mutuelles de la Roam ont déploré « l’absence de statut européen pour les mutuelles ». L’avantage, à savoir s’implanter dans un pays européens sans modifier la structure et sans créer de filiales, intéresse particulièrement les puissantes mutuelles d’assurances françaises, mais rebutent, selon plusieurs observateurs, les mutuelles allemandes, très soudées. Ces dernières n’aimeraient pas vraiment que les mutuelles étrangères viennent travailler sur leurs marchés.

L’acceptation par le Parlement européen « d’une déclaration écrite sur l’instauration de statuts européens pour les mutuelles » avait été un premier pas, et même une surprise dans le petit monde des mutuelles qu’elles quelles soient, tant la pression allemande semblait insurmontable.

Toutefois que la Roam n’entend pas laisser les choses en l’état et maintient la pression, comme sur Solvabilité 2. Sur ce point, les piliers 2 et 3 et « les nouvelles règles de gouvernance et de reporting » sont clairement mises en cause. Les mutuelles « insistent pour que soient clairement prix en compte dans les mesures de niveau 2, le modèle mutualiste, ses spécificités et que le principe de proportionnalité soit décliné concrètement ».

Enfin, la Roam a invité les homologues allemandes des mutuelles à « venir partager et échanger librement afin qu’ensemble les mutuelles françaises et allemandes qui sont nombreuses et puissantes, portent la voix d’un mutualisme moderne auprès des institutions européennes ».