Mort tragique d’un enfant de 3 ans et d’un homme de 56 ans : la qualité des soins doit devenir une priorité de la politique de santé en France

    Après la disparition d’Ilyes à l’âge de 3 ans, entré à l’hôpital pour une angine, et celle d’un homme de 56 ans décédé alors qu’aucun service de réanimation a déclaré ne pouvoir le prendre en charge dans un délai raisonnable, Jean-Pierre Davant, président de la Mutualité française, demande au gouvernement de tirer les leçons de ces deux nouveaux drames et d’engager dès 2009 une vraie modernisation du système de soins français.

    Pour Jean-Pierre Davant, ces deux drames étaient évitables. Ils illustrent une nouvelle fois la dégradation de la qualité des soins en France. “A force de repousser sans cesse les réformes nécessaires pour moderniser notre système de santé, nous continuerons d’accumuler les accidents dramatiques”, souligne-t-il.

    “En ce qui concerne les urgences, il est indispensable d’établir une vraie coordination entre la médecine de ville et les services hospitaliers. Il n’est plus acceptable de ne pas trouver un seul professionnel de santé disponible la nuit en ville ainsi que les jours fériés. La médecine de ville, comme c’est sa mission, doit elle aussi assurer sa part de permanence des soins. Enfin, le secteur hospitalier doit être organisé sur l’ensemble du territoire pour prendre en charge, sans perte de chance, les cas les plus lourds”, ajoute-t-il.