Gouvernance : AIG nomme une présidente chez ILFC pour chaperonner le DG français au comportement déplacé

L’assureur américain AIG a nommé jeudi une présidente pour sa filiale de location-vente d’aviation ILFC, pour superviser son directeur général français après qu’il eu admis avoir eu une relation amoureuse cachée avec une subordonnée.

La nouvelle présidente, Laurette Koellner, devient la numéro un d’ILFC et “sera sous la responsabilité directe de Robert Benmosche, directeur général d’AIG”, indique l’assureur dans un communiqué.

Henri Courpron, directeur général d’ILFC, se voit de facto rétrogradé puisqu’il sera dorénavant sous la responsabilité de Mme Koellner alors qu’il était sous celle de M. Benmosche auparavant.
M. Courpron est également sanctionné financièrement puisqu’il se voit retirer un million de dollars de sa rémunération annuelle pour ne pas avoir dévoilé cette relation avec une employée placée sous sa direction.

A la suite d’une lettre de dénonciation anonyme, M. Courpron et l’employée ont admis une relation amoureuse consensuelle passée. La plainte anonyme dénonçait en outre une utilisation illégitime des actifs de l’entreprise et des décisions personnelles “inappropriées” de la part de M. Courpron, selon le communiqué.

Le groupe, assisté de conseillers juridiques extérieurs, a “estimé que ces accusations étaient sans fondement” mais a conclu que la “conduite de M. Courpron était contraire aux attentes du groupe vis à vis de ses responsables”.

M. Courpron, né à Lyon en 1963, est entré chez ILFC comme directeur général en mai 2010, et il a précédemment dirigé des divisions du groupe européen d’aéronautique EADS.

Mme Koellner a passé la majeure partie de sa carrière dans l’aéronautique, ayant été présidente de Boeing International avant d’entrer au conseil d’administration (CA) d’AIG en juin 2009.

Elle va quitter le CA du groupe suite à ses nouvelles attributions de direction, car elle elle occupait un rôle d’administratice indépendante.

Avec AFP