Métiers du numérique : un marché concurrentiel à structurer

Pour ces métiers « nouveaux » les entreprises peinent à mettre en place des politiques de rémunération efficaces et concurrentielles qui s’appuient sur une tendance marché encore trop floue…

Au cours des trois prochaines années, 54 % des entreprises à travers le monde prévoient d’intégrer un plus grand nombre de technologies numériques dans leur organisation du travail, ce qui renforcera encore la concurrence pour les talents numériques.

A l’heure actuelle, 84 % des entreprises, tous secteurs confondus, éprouvent déjà des difficultés à attirer et à fidéliser des professionnels du numérique. Une récente étude mondiale de Willis Towers Watson Data Services sur l’environnement et le marché des spécialistes de l’intelligence artificielle confirme que cette difficulté est en grande partie imputable à un effet de rareté.1 Ainsi, on ne dénombre actuellement qu’un peu plus de 22 000 spécialistes de l’intelligence artificielle dans le monde, dont moins de 14 % sont à la recherche de nouvelles opportunités professionnelles.

Métiers du numérique : retenir et fidéliser les talents , un défis pour les entreprises

Métiers du numérique

Face à la rareté des profils, des recruteurs innovants

Face à la difficulté à trouver des collaborateurs possédant ces connaissances critiques, de nombreuses entreprises ont décidé de modifier leurs politiques traditionnelles de recrutement et de fidélisation de leurs collaborateurs.

Les avantages non financiers tels que la formation continue, la possibilité de relever de nouveaux défis exaltants ou des formules de travail flexibles s’avèrent particulièrement efficaces pour séduire les spécialistes du numérique. En outre, pour pallier l’insuffisance de talents, beaucoup d’entreprises se tournent vers des écosystèmes de professionnels occasionnels du numérique réunis sur des plates-formes d’expertises en ligne – une solution qui offre la possibilité de décomposer le travail en tâches exploitées par des talents aux compétences diverses et pointues. Le recours à des collaborateurs non salariés ou sous contrat atypique devrait augmenter de 25 % à l’échelle mondiale au cours des trois prochaines années.

Une norme à inventer en termes de description de fonction et de politiques salariales

Toutefois, l’évolution des besoins des entreprises et l’intensification de la concurrence pour ces ressources limitées ont également contribué à l’émergence d’un nouveau problème. Nos recherches ont révélé une grande diversité de pratiques en matière de rémunération et d’avantages proposés aux talents numériques, en particulier en termes de politiques salariales, d’incitations et de primes pratiquées sur le marché.

L’examen de données collaboratives – enquêtes et contributions en ligne – sur les rémunérations révèle également une diversité de descriptions des fonctions numériques, ce qui laisse penser qu’il existe actuellement une multitude de définitions de la dimension « numérique » d’un emploi ou d’un ensemble de compétences.

Par ailleurs, nombreux sont les pays et secteurs dans lesquels il n’existe pas encore de politiques adéquates ou de réglementation concernant l’emploi, la rémunération et la protection des collaborateurs occasionnels. Des divergences persistent même quant à la définition des collaborateurs « occasionnels ».

 

Cette absence de référentiel entraîne une forte distorsion de la concurrence pour les talents numériques sur le marché mondial.

Les entreprises qui recrutent et souhaitent fidéliser ces talents rares ont besoin d’une référence cohérente afin de les aider à identifier les compétences numériques dont elles ont besoin et à rémunérer de manière adéquate ces professionnels du numérique.

Doter les entreprises de ces sources de données indispensables devrait contribuer à combler les lacunes en matière d’informations critiques et le manque de politiques, ce qui permettra de créer un modèle d’engagement véritablement équitable et efficace des talents numériques.

 


Références : les études Willis Towers Watson

  1. 2017 IT Skills Pulse Survey Report , Willis Towers Watson Data Services
  2. Global AI Talent Report 2018
  3. Preparing for the future of work – are your pay plans ready?

GRAS SAVOYE
Premier réseau de courtage d’assurance en France et tout particulièrement en région, Gras Savoye traite toute la chaîne des risques : le conseil, la négociation des contrats avec les assureurs, la gestion des contrats et des sinistres.
Gras Savoye est une société Willis Towers Watson, entreprise internationale de conseil, de courtage et de solutions logicielles qui accompagne ses clients à travers le monde afin de transformer le risque en opportunité de croissance.

Contacter Gras Savoye