Médicis dévoile les résultats de son baromètre “l’observatoire des commerces et de l’artisanat “

    0

    boulanger-70Médicis, la mutuelle retraite des indépendants, a récemment présenté les résultats de la quatrième vague d’enquête de « L’observatoire du commerce et de l’artisanat » réalisée par l’Ifop auprès des commerçants, des artisans et du grand public. Cette enquête révèle une légère baisse de l’inquiétude des Français qui se maintient cependant à un niveau élevé. Parallèlement, l’étude souligne les attitudes réalistes et volontaristes des commerçants et artisans dans un contexte difficile.

    « Les commerçants et les artisans font aujourd’hui face à la crise comme ils ont toujours su relever les défis qui leur ont été imposés, » commente Michel Clerc, Directeur Général de Médicis. « Comme l’ensemble des Français, les commerçants et artisans sont inquiets mais volontaristes et se battent pour maintenir l’emploi et poursuivre leur développement malgré l’absence totale de considération des pouvoirs publics dont le plan de relance n’aura aucun impact sur des millions d’entreprises prêtes à embaucher si on leur donnait un peu plus de visibilité fiscale et si on prenait la peine d’une vraie analyse des freins à leur expansion. »

    Quels regards sur la crise ? Des Français un peu moins inquiets, des commerçants et artisans moins pessimistes

    Les Français restent très inquiets face à la crise. 84% d’entre eux se déclarent inquiets pour l’économie française, 76% sont inquiets pour l’avenir des commerces et 75% s’inquiètent pour leur pouvoir d’achat. Si le niveau d’inquiétude générale reste très élevé, tous les sujets d’anxiété marquent une légère inflexion par rapport à novembre 2008 : -1 point d’inquiétude sur l’économie, 
-4 points d’inquiétude pour les commerces et -3 points d’inquiétude envers le pouvoir d’achat. Ainsi, un quart des Français ne se déclarent pas inquiets pour leur pouvoir d’achat. De même, alors qu’en janvier 2009,  35% des Français se déclaraient tout à fait inquiets pour l’économie française, ils ne sont plus que 25% en avril 2009.

    Parallèlement, 62% des commerçants et 73% des artisans déclarent être plutôt satisfaits ou tout à fait satisfaits de l’activité économique de leur entreprise. Ce niveau de satisfaction progresse de manière significative (+4 points) par rapport à la dernière vague du baromètre (novembre 2008) sans pour autant retrouver les niveaux de mai 2008 (70% de commerçants satisfaits de leur activité).
    Sans pour autant marquer une nette inflexion de tendance, le ralentissement de la dégradation des principaux indicateurs d’inquiétude pourrait montrer les prémices d’une stabilisation de la situation économique.

    Le changement de comportement des consommateurs semble ralentir

    En effet, 82% des Français déclarent fréquenter autant les commerces qu’en janvier dernier. Probablement plus pragmatiques, seuls 44% des commerçants constatent une stabilité de fréquentation. Et 47% d’entre eux déclarent mesurer une baisse de fréquentation de leurs commerces.
    L’atténuation relative des effets de la crise se ressent aussi dans l’évolution du chiffre d’affaires des artisans et commerçants. Selon 46% des commerçants, leur CA est stable. Ils sont cependant 15% (11% des artisans) à constater une augmentation de leur CA. L’évolution la plus importante est la diminution très sensible (-10 points) des commerçants dont le CA est en baisse : alors que 48% d’entre eux constataient une baisse de CA en novembre 2008, ils ne sont plus que 38% en avril.

    L’emploi au cœur des préoccupations des commerçants et des artisans

    16% des artisans et 13% des commerçants déclarent avoir embauché un ou plusieurs salariés depuis le début de la crise économique en septembre 2008. En moyenne, ces artisans et commerçants ont embauché près de 2 salariés (1,9). Dans plus d’un cas sur deux, ces embauches correspondent à des créations de poste.
    A l’inverse, seulement 7% des commerçants et 8% des artisans ont licencié un ou plusieurs salariés depuis septembre 2008.
    Pragmatiques et réalistes, les commerçants (77%) et les artisans (86%) s’accordent pour prévoir de stabiliser leurs effectifs en remplaçant, si nécessaire, les départs. Il est important de noter que 11% des commerçants et 6% des artisans prévoient d’augmenter leurs effectifs dans le courant de l’année 2009.

    Commerçants et artisans face aux pouvoirs publics : statu quo

    74% des commerçants et 79% des artisans considèrent que les pouvoirs publics ne sont pas à l’écoute de leurs préoccupations professionnelles. Si les deux tiers des commerçants (67%) et des artisans (66%) sont informés de l’exonération totale de charges des embauches réalisées au SMIC, 96% des commerçants considèrent que le plan de relance lancé par le gouvernement n’aura qu’un impact assez faible, faible, très faible voire nul sur leur activité.

    En revanche, les artisans et commerçants seraient largement favorables à une mesure leur donnant une visibilité à plus long terme. 59% des commerçants et 55% des artisans seraient ainsi prêts à embaucher un CDI s’ils étaient exonérés de charges sociales pendant cinq ans.
    L’exonération des charges patronales est d’ailleurs la mesure la plus populaire chez les commerçants (70%) et les artisans (82%), avant la baisse de la TVA à 5,5% (54% de commerçants et 53% d’artisans favorables).
    58% des commerçants (43% dans le commerce de détail) souhaiteraient limiter l’implantation des grandes surfaces en zones périphériques des villes. Seulement 6% des commerçants sont favorables à l’ouverture des commerces le dimanche.

    Selon communiqué