Mediator : Servier, assuré par Axa, se dit prêt à « assumer sa responsabilité »

Le laboratoire Servier est « prêt à assumer sa responsabilité si elle est engagée » dans l’affaire du Mediator, a déclaré lundi sur RTL Lucy Vincent, directrice générale chargée des relations extérieures du numéro deux français de l’industrie pharmaceutique.

« Si notre responsabilité est engagée », Servier l’assumera, comme « il l’a toujours fait », a indiqué Mme Vincent en ajoutant que les « enquêtes commencent ».

L’avocat spécialisé dans la défense des patients, Georges-Alexandre Imbert, a annoncé lundi, dans les colonnes du Parisien, qu’il cherchait un accord à l’amiable avec Servier. M. Imbert indique avoir reçu plus de 1.000 témoignages sur ce médicament, interdit depuis 2009. Le Mediator est accusé d’avoir provoqué de graves problèmes cardiaques et pourrait être responsable de 500 à 2.000 décès, selon les estimations réalisées pour l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Il indique encore avoir écrit il y a huit jours à Servier et à son assureur Axa pour négocier un tel accord. Interrogée à ce sujet, Mme Vincent a indiqué que les avocats avaient « leur propre démarche ».

Quelque 5 millions de Français ont pris du Mediator, prescrit sur ordonnance, dont beaucoup dans le seul but de maigrir. A ce jour, une dizaine de plaintes ont été déposées dans la capitale. Mais une association bordelaise de victimes doit en déposer 110 cette semaine et en prévoit un demi-millier d’autres « avant la fin du mois ».

Paris, 10 jan 2011 (AFP)