Médecins : La prime à la performance ou “la fin d’une certaine médecine libérale”

    La généralisation d’une prime à la performance pour les médecins libéraux, que va mettre en oeuvre l’assurance maladie, signifie “la fin d’une certaine médecine libérale”, a estimé jeudi l’économiste de la santé Claude Le Pen.

    “On rentre dans une pratique codifiée, organisée, évaluée et orientée vers des résultats. C’est la fin d’une certaine médecine libérale”, a expliqué à l’AFP M. Le Pen, professeur à l’université Paris-Dauphine. “Dans l’essence de la médecine libérale, les médecins sont libres: libres de prescrire ce qu’ils veulent, de s’installer où ils veulent, ils sont payés directement par les patients et n’ont de compte à rendre qu’aux patients”, a-t-il poursuivi.

    “Aujourd’hui, il y a une tutelle administrative et il n’est plus libre de ses prescriptions. Il faut qu’il obéisse à certains nombre d’éléments (prescriptions de génériques, examens à date périodique, etc…) et il est évalué de manière objective sur la base d’indicateurs”, a-t-il ajouté.

    La nouvelle forme de rémunération à la performance, qui sera appliquée à quelque 45.000 généralistes après un accord Sécu-médecins intervenu dans la nuit de mercredi à jeudi, complète le paiement à l’acte et s’appuie sur une trentaine d’objectifs à remplir. Un dispositif comparable existait déjà depuis 2009 mais était proposé de manière individuelle.

    “C’est franchement la Sécu qui détermine de manière conventionnelle un versement qui n’a rien à voir avec le soin”, a souligné M. Le Pen, pour qui “l’idée, c’est de soigner mieux à travers l’organisation de la prise en charge des médecins libéraux”. “C’est une évolution doctrinale relativement importante qui nous éloigne un petit peu de notre modèle de sécu traditionnel et qui nous rapproche d’un modèle de sécu à l’anglaise”, a-t-il estimé.

    Interrogé sur le coût de cette mesure, M. Le Pen a jugé que ce n’était pas “un dispositif de maîtrise des dépenses de santé” mais un “dispositif de promotion de l’efficience et de gouvernance”.

    Avec AFP

    Comments are closed.