Le marché des Marchandises transportées est lié à la dynamique du commerce mondial

Les risques facultés et responsabilités transport & logistique sont ici analysés et regroupés sous le terme de “marchandises transportées “.

Le marché français représente un encaissement total de 623 millions d’euros (affaires directes France) pour un loss ratio de 69% en 2014 (marchandises transportées). Le marché de l’assurance Transport étant lié à la dynamique du commerce mondial, si les échanges ralentissent, la masse assurable et donc le volume de primes fléchissent.

Les capacités disponibles sont suffisantes pour répondre à la majorité des besoins des assurés. L’arrivée de nouveaux acteurs (STARSTONE en 2016, ERGO en avril 2016, WeSpecialty en juin 2016) contribue à accroître les engagements disponibles, et pousse le marché à s’intéresser à des risques jusque-là proposés par un nombre limité d’acteurs (TSU, COMMODITIES). A l’inverse, les regroupements récents entre assureurs (XL/CATLIN, ACE/CHUBB, AMLIN, MITSUI) n’ont pas eu pour effet de limiter les capacités.

Si les échanges commerciaux ralentissent, la masse assurable et donc le volume de primes fléchissent.

Le nombre d’acteurs présents et les bons résultats techniques créent naturellement de la concurrence qui se traduit par des prix qui baissent. En revanche, quelques rares compagnies pratiquent une politique de sélection et de durcissement tarifaire. Le sinistre majeur survenu sur la zone portuaire de Tianjin en août 2015 et qui a fortement impacté le marché Marine mondial (coût estimé entre 5 et 6 milliards d’USD par l’Union Internationale des Assureurs Maritimes, l’IUMI, dont 50% affectent le marché Marine), n’a pas, à ce jour, eu d’impact sur les niveaux de prix.

Si le marché Transport accepte toujours des niveaux de franchise réduits, la baisse continue des prix pousse les assureurs à la vigilance sur leurs coûts de gestion. Ainsi, dans le cadre d’une sinistralité marquée par la récurrence, sera-t-il bénéfique d’étudier une augmentation de la rétention.

Pour les risques de guerre, l’année 2015 aura été marquée par la modification de la politique de souscription de la Caisse Centrale de Réassurance. Les risques de type Stockage à terre ne sont plus couverts. En revanche, la continuité des garanties des opérations de transport (garanties Bout en bout) perdurent. Ce changement particulièrement sensible pour les assurés français bénéficiaires de garanties Stock & transit, est partiellement compensé par les solutions disponibles sur les marchés internationaux, et en particulier via Londres.

Le contexte de marché reste favorable aux assurés. Beaucoup ont déjà bénéficié des réductions de prix ces dernières années. Cependant des baisses restent possibles pour les risques dont la qualité s’améliore (risk management, prévention, etc). Le marché est ouvert à la négociation et à l’adaptation des garanties aux besoins des assurés permettant ainsi la rédaction de polices sur-mesure.

Source link