Marché: L’assurance directe sur Internet en mal de confiance

Les sites pure-players d’assurance sur Internet restent encore très restreints. Ils doivent gagner la confiance des consommateurs selon un sondage Ifop. 

Le modèle d’assurance directe sur Internet (achat par téléphone et internet, sans agences) doit encore faire ses preuves. Seulement la moitié des acheteurs sur Internet s’affirme prête à souscrire une assurance via ces sites, selon le troisième baromètre sur la cyber-consommation commandé par Direct Assurance et réalisé par l’Ifop auprès de 1013 personnes. Une tendance stable par rapport au baromètre 2012.

De fait, le marché de l’assurance directe ne représente aujourd’hui en France que 3% du marché de l’assurance contre 70% en Grande-Bretagne et 10% en Espagne.

En France, 10% des sondés déclarent utiliser exclusivement  Internet pour un achat d’assurance automobile, 9% pour une assurance santé et 8% pour une assurance habitation.

8% des sondés confèrent une entière confiance à l’assurance directe auto

Le principal frein reste la crédibilité pour ce canal d’Internet pur. Seulement 8% des internautes choisiraient une assurance auto sur un site d’assurance direct pour la confiance qu’ils lui accordent contre 32% pour les assureurs traditionnels et 35% pour les mutuelles.

Près des deux-tiers d’entre eux font ce choix de l’assurance directe avant tout pour le prix et 53% pour le rapport qualité/prix.

Les mutuelles, premières sur l’’assurance auto

Le trafic des comparateurs de prix est essentiel. 29% des sondés les utilisent pour des produits d’assurances contre 36% en 2011.

73% des requêtes concernent l’automobile où Direct Assurance réalise 90% de son chiffre d’affaires. Sur ce marché de niche de l’assurance directe, le groupe capte 60% de part de marché selon ses déclarations. Il dit bien en profiter grâce à un chiffre d’affaires de 332M d’euros en 2012 en hausse de 15,6%.

Nicolas Moreau, PDG d’Axa France (maison mère de Direct assurance) a expliqué lors d’une conférence de presse que Direct Assurances entendait orienter désormais en priorité les souscriptions par internet et réduire la part téléphonique.

Mais, en matière d’automobile, pour renouveler ou souscrire des contrats, les internautes privilégient pour 49% d’entre eux les sites des mutuelles, 30% les sites des assureurs et 21% les sites d’assurance directe.