Marché / International : la Fed refuse de racheter les titres d’AIG

La banque centrale des Etats-Unis (Fed) a annoncé mercredi avoir refusé la proposition faite par le groupe d’assurances américain AIG de lui racheter un portefeuille de titres pour 15,7Mds de dollars en remboursement des sommes qu’il lui doit encore.

« Après un examen approfondi », la Fed « a jugé qu’il était dans l’intérêt général de maximiser le rendement des ventes de titres et que les efforts en vue d’assurer la stabilité financière seraient mieux servis par une autre approche », écrit la banque centrale dans un communiqué.

Rendue publique le 10 mars, l’offre d’AIG portait sur les titres adossés à des emprunts immobiliers rassemblés au sein de Maiden Lane II. Cette entité financière ad hoc avait été créée par la Fed en novembre 2008 pour délester AIG de ce genre de produits financiers à un moment où ils étaient devenus invendables, et fournir en échange les liquidités dont l’assureur avait alors cruellement besoin.

« A la lumière de l’amélioration de la conjoncture sur le marché secondaire des créances hypothécaires titrisées non garanties par le gouvernement, et de l’intérêt élevé des investisseurs », la Réserve fédérale « pense que les conditions sont bonnes » pour céder ces titres en plus grand nombre qu’elle ne le fait actuellement sur les marchés.

Selon les médias américains, plusieurs grands fonds spéculatifs seraient intéressés par ces titres, qui seraient vendus aux enchères. Il s’agit notamment du fonds du milliardaire John Paulson, du fonds Pimco, spécialisé dans les obligations, ou encore de Blackrock.

La Fed indique qu’à compter de la semaine prochaine, elle va « se débarrasser des titres du portefeuille Maiden Lande II en les cédant au fil du temps à l’unité ou groupés en mettant les acheteurs en concurrence, en fonction de ce qui se justifiera au vu de la conjoncture sur les marchés ».

Elle précise ne s’être fixé aucune échéance pour la vente complète de ce portefeuille. Selon les estimations d’AIG, la Fed aurait réalisé un bénéfice de 1,5Md de dollars sur Maiden Lane II en acceptant son offre. Les pouvoirs publics américains ont décidé dans l’urgence de sauver AIG lors de la panique financière de septembre 2008, ayant estimé que sa faillite entraînerait une réaction en chaîne catastrophique dans le pays et dans le monde entier.

Etant donné l’ampleur colossale des engagements que le groupe était incapable d’assumer, la ligne de sauvetage initiale s’est vite avérée insuffisante et le renflouage de l’assureur s’est étalé sur plusieurs mois, nécessitant au total la mobilisation de 182,3Mds de dollars.

Cette aide à été restructurée à plusieurs reprises, aboutissant à la situation actuelle où le Trésor américain détient plus de 92% du capital ordinaire du groupe, mais n’intervient pas, officiellement, dans la conduite de ses opérations. AIG doit rembourser encore 11,3Mds de dollars au Trésor et environ 25Mds à la Fed.

 

Washington, 30 mars 2011 (AFP)