Marché de l’automobile – Janvier : Chute de 26% des ventes de voitures en Europe

    L’Association des Constructeurs Automobiles Européens (ACEA en anglais) révèle que les ventes de voiture sont en chute libre en Europe, après une fin d’année 2008 plus que morose.
    Parallèlement, PSA Peugeot-Citroën a annoncé une perte nette de 343 millions d’euros en 2008 et entend supprimer 11 000 postes en Europe.

    Le marché de l’automobile, en France, comme dans toute l’Europe est au plus mal. Durement touché par la crise, le secteur n’en finit plus de compter ses blessures. Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles.

    Le 11 février, c’est l’association des constructeurs européens qui a annoncé un recul de près de 26% des ventes de véhicules neufs sur le seul mois de janvier. En un an, l’Espagne enregistre une baisse de 43% des ventes, 33% en Italie et 31% au Royaume-Uni selon le site internet de Challenges. La France et l’Allemagne sont un peu moins touchés avec respectivement des baisses de 8 et 16%.
    Dans ce contexte, les gouvernements sont tentés de prendre des mesures mais celles-ci ne plaisent pas. C’est le cas de l’aide accordée par la France au secteur de l’automobile : 7,8 milliards d’euros soumis à conditions. 6,5 milliards en prêts bonifiés pour PSA Peugeot-Citroën et Renault qui doivent s’engager à ne pas fermer d’usines pendant 5 ans en France. Cette mesure est actuellement vivement critiquée à Bruxelles où elle apparaît comme du protectionnisme.

    Et le premier effet de la crise et de cet engagement ne s’est pas fait attendre. PSA a révélé aujourd’hui subir une perte nette de 343 millions d’euros pour 2008 (contre 885 millions d’euros de bénéfices en 2007) et ne s’attend pas à retrouver une situation profitable avant 2010. Pire, le groupe prévoit les départs « volontaires » de 11 000 salariés… dans le monde entier. La France sera touchée par ses départs « naturels » puisqu’il s’agira de départs en retraite non remplacés ou de suites données à des actions entamées avant les engagements pris avec l’état.

    (Avec AFP et Reuters)

    Challenges