MACSF : analyse hebdomadaire des marchés financiers

    Les Bourses mondiales ont poursuivi leur chute cette semaine, enregistrant de nouveaux plus bas annuels, sur fond de perspectives de récession mondiale et malgré l’annonce de plans de relance massifs de centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis, en Europe et même en Chine.

    Aux mauvais chiffres macroéconomiques se sont ajoutées des mauvaises nouvelles du côté des entreprises, comme celles du fabricant de portables Nokia, de la deuxième banque américaine Citigroup ou les menaces de faillite des géants de l’automobile, General Motors, Ford et Chrysler. Ce climat morose a repoussé le cours du baril de pétrole au-dessous du seuil des 50 dollars, au plus bas depuis près de quatre ans.

    A Paris, l’indice CAC 40 abandonne 12.50% cette semaine, clôturant vendredi sur un nouveau plus bas annuel à 2881.26 points.

    Le secteur financier a une nouvelle fois particulièrement souffert cette semaine, affecté notamment par les graves problèmes rencontrés par Citigroup. Confrontée au plongeon de son action (-60% en une semaine), nécessitant la mise en place d’un plan de sauvetage par les autorités, la banque américaine a annoncé la suppression de 50 000 postes. Sur la semaine, Dexia a plongé de 29,7%, Crédit Agricole de 28,1%, Société Générale de 26,8% et BNP Paribas de 23,9%. BNP Paribas a pourtant affirmé qu’aucune nouvelle augmentation de capital n’est à l’étude, en réponse aux rumeurs circulant depuis le début de la semaine sur la nécessité de renforcer ses fonds propres. Les constructeurs automobiles font aussi partie des plus fortes baisses, Peugeot chutant de 21% sur la semaine et Renault de 22%.

    Sur le marché des changes, le billet vert est stable cette semaine, à 1.26 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat à 10 ans se détend fortement passant de 4.00% à 3.80%.