L’Unocam déplore « l’absence de mesures structurelles » pour contrer les déficits de l’assurance maladie

    Dans un communiqué, l’Union Nationale des Organismes d’Assurance Maladie Complémentaire (UNOCAM) « exprime sa préoccupation sur l’état prévisionnel des comptes de la branche maladie ». L’organisme, qui rassemble les différentes familles de l’assurance, ajoute sa voix au débat sur le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2010.

    Le monde de l’assurance santé est en alerte sur le PLFSS 2010. Après la sortie de Jean-Pierre Davant, président de la Mutualité Française à propos des remboursements limités à 15% de certains médicaments, c’est au tour de l’UNOCAM de se faire entendre à propos du déficit abyssal de la branche maladie.

    Les acteurs de l’assurance santé complémentaire réunis au sein de cette organisation en appellent au gouvernement : « Le Conseil de l’UNOCAM estime que le financement de ce déficit par voie de trésorerie est de nature à accentuer les menaces pesant sur la soutenabilité de notre système d’assurance maladie » explique le communiqué.

    L’organisation rappelle ainsi avoir formulé « des propositions structurelles de maîtrise des dépenses, et regrette que le gouvernement n’ait pas jugé utile de s’en inspirer. » Parmi ces propositions, figuraient notamment le déremboursement complet des médicaments au service médical rendu insuffisant et une participation accrue des complémentaires dans la prévention des maladies chroniques.

    Le sujet des Affections longue durée (ALD) est également abordé, le Conseil de l’UNOCAM se disant « prêt à étudier des mesures qui associeraient les organismes complémentaires au travers d’actions spécifiques en amont et en aval de l’ALD »