Les défis du système de santé de l’Inde

Le système de santé de l’Inde comporte des inégalités. Malgré le fait que l’Inde possède certains des meilleurs spécialistes et qu’il attire des patients de partout dans le monde, les habitants du pays n’ont souvent pas accès au système, particulièrement dans les régions rurales.

Un système de santé «privé»

L’infrastructure du système de santé de l’Inde n’a pas évolué en fonction de la croissance rapide de l’économie et de la population. Avec seulement 1,5 lit d’hôpital pour 1 000 personnes, le pays est bien en deçà de la moyenne mondiale de 3 à 4 lits pour 1 000 personnes dans les pays en développement. De plus, l’Inde ne compte que 0,6 médecin pour 1 000 personnes, comparativement à la moyenne mondiale de 1,2 médecin.2

Combinée aux effets du manque de services, l’insuffisance de financement des services de santé publics a entraîné une diminution de l’accessibilité aux médicaments et aux articles médicaux, et de la maintenance des établissements. L’utilisation des services existants a, par conséquent, chuté. Près de la moitié de tous les habitants de l’Inde devant être hospitalisés se tournent maintenant vers les cliniques de santé privées.

Le système de santé de l’Inde est l’un des systèmes les plus privatisés au monde.4 Les résultats du sondage à l’échelle nationale mené par le gouvernement indien montrent que la plupart des traitements ambulatoires sont suivis dans le secteur privé, même chez les personnes pauvres en milieu rural. Le secteur privé n’est pourtant pas réglementé, tant au niveau national que professionnel, ce qui signifie que le nombre de praticiens non qualifiés et non autorisés ne cesse d’augmenter.5 Comme la très grande majorité des services du secteur privé doivent être payés au moment où le service est reçu, les soins de santé privés représentent une grande partie du fardeau financier des personnes pauvres. En effet, plus de 40 % des Indiens hospitalisés doivent emprunter de l’argent ou vendre leurs biens pour couvrir leurs frais médicaux.6

L’assurance-maladie

Dans l’ensemble, les programmes d’assurance-maladie ne sont pas très développés en Inde. Les habitants des régions urbaines accèdent habituellement plus facilement à l’assurance-maladie et aux soins de santé. Un récent sondage de la Financière Sun Life en Asie a toutefois révélé que 70 % des Indiens interrogés n’ont aucune assurance associée aux soins de santé. Et seuls 9 % bénéficiaient d’une assurance parrainée par leur employeur.

En règle générale, les frais d’hospitalisation en Inde ne sont pas remboursés par une assurance-maladie. Les sources de financement les plus fréquemment utilisées sont l’épargne personnelle, les placements et le revenu mensuel. Outre leur propre fardeau financier, 62 % des personnes interrogées doivent assumer une partie ou la totalité des frais médicaux de leurs parents. Ces personnes paient également les frais engagés par leurs enfants, leur conjoint et, dans près d’un tiers des cas, leurs frères et soeurs.7

La réforme du système de soins de santé

La situation n’échappe pas au gouvernement de l’Inde. La politique nationale sur la santé, rédigée à l’origine en 1983 par le ministère de la santé et de la famille dans le but d’énoncer les initiatives en matière de santé, a été revue en 2002 et elle comprend de nouveaux objectifs à atteindre pour 2015. Elle vise maintenant à réduire les inégalités dans le système de soins de santé public et à favoriser l’accès des personnes plus pauvres à des soins de santé publics acceptables.8 La mission nationale pour la santé rurale a été lancée en 2005 pour offrir des soins de santé efficaces à tous les habitants de l’Inde, particulièrement la population rurale, et des états dont l’accès aux soins de santé publics est limité et dont l’infrastructure est inadéquate.

Les compagnies offrant une assurance-maladie privée ont également un rôle à jouer en veillant à ce que le système de soins de santé soit plus accessible. «La population de l’Inde a réellement besoin de programmes d’assurance-maladie, et c’est là que des sociétés comme la Birla Sun Life entrent en jeu, a indiqué Venky Mysore, responsable national, Inde, Financière Sun Life. La solution aux problèmes touchant les soins de santé en Inde se trouve entre les mains du gouvernement, des assureurs, des entreprises et de la population, qui doivent tous contribuer à combler les lacunes.»

L’Inde devra accroître l’accessibilité à des soins de santé abordables dans les régions rurales et urbaines, tout en informant mieux la population sur les habitudes saines et les ressources disponibles. Le pays est toutefois sur la bonne voie. Selon le rapport 2009 de la Banque mondiale, les budgets accordés à la santé sont en hausse et le gouvernement de l’Inde élargit rapidement l’accès aux soins de base.

Source sunlife.com