La piraterie reste un risque assurable, mais les tarifs flambent

    0

    Le risque de piraterie en mer reste assurable, mais les tarifs flambent depuis la multiplication des attaques de navires commerciaux au large des côtes somaliennes ces derniers mois, selon des experts.

    Près de vingt navires marchands étaient aux mains de pirates en milieu de semaine dans le golfe d’Aden et l’océan Indien, une zone que traversent environ 20.000 bateaux de commerce par an, selon des sources concordantes. “C’est un sujet de préoccupation particulier pour les assureurs depuis mai 2008”, explique Neil Roberts, dirigeant chez Lloyd’s Market Association, qui conseille le fameux syndicat d’assureurs du Lloyd’s. “L’utilisation de bateaux-mères (qui acheminent en haute mer des embarcations plus légères et plus rapides pour les attaques, NDLR) a offert un énorme rayon d’actions” aux bandits somaliens, ajoute-t-il.

    Malgré l’augmentation du danger, les assureurs continuent à couvrir systématiquement le risque de piraterie dans le cadre de l’assurance dite corps maritime, souscrite par les armateurs ou les affréteurs pour le navire en lui-même. La cargaison fait l’objet d’une assurance distincte, de même que l’équipage, qui n’est pas toujours couvert.

    Rien n’empêche d’exclure explicitement la piraterie des contrats, “mais ça ne se fait pas”, explique Olivier Renault, président de la société de courtage en assurance maritime Cap-Marine, tout en précisant qu’un trajet jugé dangereux donnera lieu à une surprime. De sources concordantes, ces surprimes ont nettement augmenté depuis un an, au point d’inciter quelques armateurs à préférer le trajet par l’ouest de l’Afrique et le Cap de Bonne Espérance.

    Les tarifs de l’assurance de cargaison n’ont, en revanche, pas évolué, les pirates somaliens n’ayant pas pour objet le vol de marchandise. “La cargaison, il faut la vendre. Mieux vaut avoir entre les mains des gens dont on va obtenir des espèces sonnantes et trébuchantes”, résume Christophe Levitzky, responsable du pôle d’expertise transport du courtier Aon France. Si elle joue dans la plupart des cas, la garantie piraterie, qui couvre notamment le paiement de la rançon, peut être objet de contentieux entre assureurs.

    Pour éviter cette éventualité et offrir un produit complet aux armateurs, les assureurs proposent, depuis quelques années, des contrats spécifiques aux problèmes de piraterie, connus sous le nom de “kidnapping et extorsion”. Les prestations comprennent le remboursement de la rançon, mais celle-ci ne représente en moyenne qu’un quart du coût total d’une opération de piraterie. A cela s’ajoute l’intervention d’un spécialiste de la gestion de crise, les coûts de communication, les frais d’assistance psychologique pour les otages et le manque à gagner éventuel dû à l’immobilisation de la cargaison, qui atteint en moyenne 50 jours.

    Montant de la facture: entre 20.000 et 30.000 dollars pour un trajet, les primes se négociant au cas par cas, selon Nicolas Fontvieille, souscripteur risques spéciaux chez l’assureur Hiscox, numéro un mondial de la couverture “kidnapping et extorsion”. Un marché soumis à la plus grande confidentialité, pour des raisons de sécurité. Le seul fait de révéler qu’un navire est couvert par une telle assurance suffit ainsi à annuler le contrat.

    “Notre objectif, c’est d’être le plus discret possible”, y compris dans la gestion d’une attaque, explique M. Fontvieille. “S’il y a médiatisation, il va y avoir augmentation de la rançon”, ajoute-t-il.

    AFP