La MACIF accueille le 1er Congrès de l’Association des Délégués de l’Economie Sociale les 12 et 13 janvier

    Les 12 et 13 janvier 2009, la Macif accueillera à Noron (Niort) le 1er Congrès de l’Association des Délégués de l’Economie Sociale (ADES).

    Ce congrès réunira 450 participants dont 200 délégués régionaux, issus de structures de l’Economie Sociale (Associations, Coopératives et Mutuelles), représentants de sociétaires Macif, en vue de participer aux travaux du Projet d’Entreprise du groupe Macif et réaffirmer ainsi leur rôle dans son mode de gouvernance.

    L’économie sociale définit un ensemble réunissant coopératives, mutuelles, associations. Celles-ci partagent des traits communs : elles émanent de personnes, physiques ou morales et ont pour finalité de répondre aux besoins et aux attentes collectives de leurs membres. Les organisations d’économie sociale reposent sur un mode de décision démocratique (une personne = une voix) ; elles ont une mission d’intérêt général et fonctionnent sur le principe de l’indivisibilité des réserves.

    Ces entreprises – coopératives, mutualistes ou associatives – obéissent ainsi aux mêmes règles juridiques et éthiques que la Macif. L’ADES réunit 300 délégués parmi les 2 000 représentants de sociétaires Macif, soit 15% des élus régionaux du groupe. Ils élisent les 144 délégués nationaux qui, à leur tour, nomment les membres du Conseil d’Administration.

    Proches des assurés, en phase avec leurs réalités quotidiennes, les délégués de l’ADES souhaitent mettre à profit leurs expériences et leurs différences pour construire ensemble l’avenir du groupe Macif. Aussi, lors de ce Congrès, ils réaliseront ensemble un bilan des travaux menés pour définir le futur Projet d’Entreprise du groupe Macif et proposeront les derniers amendements sur le texte avant le grand Congrès national qui entérinera sa version définitive le 6 février 2009.

    L’ambition de ce premier Congrès est aussi d’initier un rendez-vous régulier, rassemblant la Macif et ses partenaires, pour assurer la participation des structures de l’économie sociale aux grands débats de société et envisager des solutions adaptées.