La crise financière n’empêche pas les réassureurs d’afficher de bonnes performances

    Selon les experts d’Aon Re Global, n°1 mondial du courtage de réassurance, les effets négatifs de la crise financière n’empêchent pas les réassureurs de rester suffisamment forts pour faire face à des sinistres de grande ampleur comme les catastrophes naturelles ou une forte fréquence d’autres types de sinistres, tout en continuant à répondre aux besoins courants du marché de la réassurance.

    D’après Aon Re Global, la baisse régulière du coût de la réassurance conduit les assureurs à considérer cette technique comme une solution encore plus attractive qu’en 2007 pour bénéficier d’un apport en capital. De plus, les spreads sur les risques de crédit ont augmenté de manière significative pour les assureurs faisant de la réassurance une solution alternative encore plus bénéfique.

    « La majeure partie des assureurs et des réassureurs ont réussi à réduire au maximum l’impact de la crise financière sur leurs résultats, ce qui démontre bien leur capacité à mettre en place une gestion des risques (ERM) efficace et de haut niveau » déclare Bryon Ehrart, Président Directeur Général d’Aon Re Services. « En effet, même des sinistres majeurs en RC ou en dommages pourraient être supportés par les assureurs sans affecter trop fortement leur activité globale ».

    Renouvellements de Janvier 2009
    Les experts d’Aon Re Global estiment que cette crise va engendrer un ralentissement de la baisse des taux de réassurance, au 1er janvier 2009. Il aurait été plus faible si la crise n’avait pas atteint le niveau actuel ou anticipé.

    Les renouvellements de janvier, devraient être la première manifestation concrète de cette tendance depuis le début de la crise.

    Capital Markets
    Même si le volume des émissions obligataires n’atteint pas, en 2008, le niveau record de 2007, le marché continuera à se développer à un rythme soutenu. Aon Re Global prévoit que ces capacités supplémentaires représenteront entre 10% et 30% des montants requis par les assureurs dont les besoins de couverture sont supérieurs à 500 M$.

    Les facultatives
    Le marché des facultatives oscille entre le souhait des cédantes de réduire leurs dépenses en réassurance pour maintenir une croissance des primes nettes dans un marché baissier et le recours croissant aux facultatives des souscripteurs qui craignent l’augmentation du niveau de rétention des traités.

    Aon Re Global prévoit des changements de taux, de termes et de conditions sur les affaires facultatives RC et dommages. Ils seront en ligne avec les changements concédés par les assureurs aux assurés.

    Dommages
    En 2008, les industries lourdes telles que l’industrie minière, des métaux, du papier et de l’énergie ont représenté plus de la moitié des sinistres assurés dans les risques d’entreprise. Aon Re Global n’envisage ni une réduction de la capacité pour les renouvellements en 2009, ni une augmentation des prix sur les programmes non affectés par ces sinistres majeurs. Ces derniers verront probablement une baisse des taux, supplémentaire.

    Responsabilité Civile
    Une réduction de la demande de la part des cédantes continuera à influencer les cotations des réassureurs en 2008. La perte des tranches « basses » pourrait conduire à une moindre baisse voire à une légère hausse des prix de la réassurance des tranches de capacité en RC.