La crise de crédit atteint l’Allemagne qui est placée sous surveillance négative par Coface

    Affaiblie par le ralentissement de l’économie et du commerce dans le monde, l’Allemagne, dépendante de ses exportations, est placée sous surveillance négative par Coface qui constate un début de dégradation du comportement de paiement des entreprises.
    Après la mise sous surveillance négative de la France en octobre 2008, l’Allemagne était le dernier grand pays d’Europe occidentale à bénéficier de la meilleure notation risque pays de Coface.

    L’économie allemande est entrée en récession au printemps 2008 du fait de l’affaiblissement des exportations, principal moteur de l’économie allemande (41% du PIB). Du fait de ce contexte difficile, l’industrie allemande devrait stopper ses investissements. En revanche l’investissement dans les travaux publics et la consommation des ménages (il n’y a pas de bulle immobilière en Allemagne ni de surendettement des ménages) devraient avoir des effets positifs mais modestes.

    En Allemagne, la situation est contrastée selon les secteurs.
    – Les secteurs les plus touchés seront ceux les plus fortement dépendants de l’exportation comme la sous-traitance automobile et aéronautique, le textile-habillement, le transport maritime et fluvial et, dans une moindre mesure, la métallurgie, la chimie et les équipements industriels.
    – En revanche, certains secteurs résistent mieux. Le secteur des meubles en est un exemple : il semble épargné en raison de la consommation qui se maintient, malgré la crise, sur ce type de biens.

    Données clés sur l’Allemagne

    – L’Allemagne est notée A1 surveillance négative par Coface.
    – Coface prévoit une croissance de 1,5% en Allemagne en 2008 et -1% en 2009.
    – Coface constate une augmentation du montant des impayés des entreprises allemandes de 27% sur les 11 premiers mois de l’année 2008.

    « Les entreprises allemandes ont longtemps mieux résisté que dans le reste de l’Europe occidentale mais la dégradation de la conjoncture a finalement eu raison de leur solidité » explique Yves Zlotowski, économiste en chef de Coface. Cependant en Allemagne les comportements de paiement des entreprises commencent à se dégrader : on note l’apparition des premières faillites. Dans ce pays, les comportements de paiement sont en général exemplaires. « Il y a traditionnellement peu de retard de paiement en Allemagne, un impayé d’entreprise est rare et quand il survient, il est fréquemment lié à une insolvabilité. Or la dégradation est perceptible depuis cet automne » ajoute Yves Zlotowski.