La CCR présente son nouvel outil sur les risques naturels

    A l’occasion de la conférence francophone ESRI, qui se tient actuellement au palais des congrès de Versailles, la Caisse centrale de réassurance (CCR) présentait son site d’information sur les risques naturels destiné aux professionnels de l’assurance. Un projet qui a vu le jour en juin 2008 et qui a connu de nombreuses améliorations depuis.

    La société de réassurance CCR, détenu à 100% par l’État, met à la disposition des assureurs, le logiciel Ceres, une application en ligne sur les risques naturels. La CCR s’est servie de la collecte des données sur les aléas, la vulnérabilité des territoires et les dommages qu’elle réalise pour le compte de l’État. Accessible depuis le site du réassureur, Ceres se présente sous la forme d’une carte de France, sur laquelle sont répertoriés la plupart des risques naturels connus sur le territoire (séisme, avalanche, inondation…). Le site est entièrement gratuit. Il suffit simplement de s’inscrire en ligne auprès de la CCR pour obtenir un login, un mot de passe et ainsi pouvoir librement utiliser l’interface.

    Sur le modèle de Google map, les différents outils disponibles dans l’application permettent de zoomer très précisément sur une région, une commune, voire une adresse. Sont alors visibles toutes les catastrophes qui se sont déroulées sur le lieu désigné ainsi que les informations relatives aux coûts effectifs de ces catastrophes. L’outil permet également de vérifier si un plan de prévention des risques naturels a été mis en place sur la commune choisie et donc de connaître les franchises à appliquer.

    CCR prévoit une mis à jour mensuelle concernant les arrêtés interministériels de catastrophes naturelles et bisannuelle pour les coûts induits par la survenance des dites catastrophes. Une version 2.0 du logiciel devrait être mis en ligne d’ici à la fin de l’année. Ceres recense, pour le moment, tous les évènements qui se sont déroulés depuis 1995, mais la CCR projette de remonter peu à peu dans le temps.