L’université de Troyes se lance dans la maîtrise des risques

En partenariat avec le CNRS, l’Université de Technologie de Troyes (UTT) a annoncé lundi la création d’une unité de recherche en « Sciences et Technologies pour la Maîtrise des Risques », selon un communiqué. Deux « chaires d’excellence » en nanotechnologies et en écologie industrielle sont également prévues pour affiner la recherche sur la «sécurité globale ».

Le concept de « sécurité globale », mis en exergue par les attentats du 11 septembre 2001, a pour vocation de répondre aux bouleversements de nos sociétés, en termes de sécurité, depuis deux décennies. Il englobe à la fois la protection du citoyen, la sécurité économique, sanitaire, informatique et numérique, la sécurité du territoire et la sécurité civile, la sécurité des transports, la gestion de crise, la sécurité industrielle ainsi que la lutte contre le terrorisme, la criminalité et la fraude.

Les équipes de l’Institut Charles Delaunay (ICD), laboratoire de recherche de l’UTT, qui mènent des travaux en nanotechnologies, sûreté, mécanique, maintenance, environnement, conception et réseaux, participeront au programme de recherche qui s’articule autour de trois axes. En premier lieu, le laboratoire se penchera sur « l’anticipation et conception pour la maîtrise des risques des systèmes et réseaux complexes ». Ces travaux portent, par exemple, sur la vulnérabilité d’infrastructures critique, comme des stades, la réduction d’impact environnemental, ou le transport de matières dangereuses.

Le deuxième axe explore « la maîtrise des risques et le pilotage des systèmes et réseaux complexes ». Cela concerne en particulier la surveillance de systèmes, comme des réseaux de distribution de l’eau ou des déchets radioactifs, ou encore l’e-santé, l’aide à la décision pour la maintenance. Enfin, la dernière branche se penchera sur la gestion des situations de crise et post-crise, en développant des outils d’aide à la décision. « Cette visibilité nouvelle pour l’UTT favorisera le montage de projets plus ambitieux tant au niveau national qu’international », conclut Eric Châtelet, professeur des universités et directeur de la nouvelle entité.