L’assureur chinois Ping An s’oppose au rachat de Fortis Banque par BNP Paribas

    L’assureur chinois Ping An a annoncé dimanche qu’il votera contre le projet de cession de Fortis Banque (numéro un en Belgique) au géant financier français BNP Paribas, lors des assemblées générales des actionnaires de Fortis Holding des 28 et 29 avril.

    BNP Paribas doit enfin savoir la semaine prochaine s’il peut racheter Fortis Banque pour devenir la plus grande banque européenne en termes de dépôt, avec un vote des actionnaires qui semble celui de la dernière chance.

    Le projet, mis sur les rails en octobre sur fond de crise financière, est contesté depuis des mois par les actionnaires de l’ancienne maison-mère de la banque, Fortis Holding, qui s’estiment floués.

    L’annonce faite dimanche, par voie de communiqué, par Ping An, premier actionnaire de Fortis Holding, pourrait mettre à mal les visées de BNP Paribas.

    Avec ses 4,81% du capital, le “non” de Ping An peut en effet être déterminant lors d’assemblées générales où généralement seuls 20% à 25% des actionnaires sont représentés.