Justice / Assurance : Enquête autour de Xavier Musca, futur DG délégué de Crédit Agricole SA

Après une plainte pour corruption et trafic d’influence visant Xavier Musca, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire. De son côté, l’ancien secrétaire général de l’Elysée a riposté en annonçant samedi une plainte pour dénonciation calomnieuse.

L’enquête, révélée par lexpress.fr, remonte à un litige entre l’Etat et le plaignant, Christian Laurent, ex-PDG du groupe d’assurances ITEA, concernant les indemnités consécutives à la mise en liquidation de sa société, explique l’AFP.

M. Laurent reproche notamment à Christine Lagarde (ministre de l’Economie à l’époque) d’avoir promu en juillet 2009 au titre de chevalier de la Légion d’honneur Maurice Nussembaum, un expert qui rendra quelque mois plus tard un rapport évaluant à zéro la valeur de ses sociétés. Christian Laurent estime son préjudice à 400M d’euros.

Toujours selon lexpress.fr, M. Laurent accuse M. Musca d’avoir joué un rôle de conseil auprès de Mme Lagarde. Parallèlement à sa plainte au parquet de Paris, M. Laurent avait déposé plainte en mai pour corruption contre les anciens ministres de l’Economie Christine Lagarde et Thierry Breton, auprès de la Cour de Justice de la République (CJR), seule instance à même d’enquêter sur des infractions commises par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.

Dépôts de plaintes en cascade

De son côté, M. Musca, ancien directeur général du Trésor, devrait être prochainement nommé directeur général délégué du Crédit Agricole SA. après que la commission de déontologie ait rendu un avis « favorable » à son arrivée au groupe vendredi. « J’ai appris par une agence de presse que mon nom avait été cité dans une plainte déposée entre les mains du parquet. Je démens formellement tous les éléments qui m’ont été rapportés », a expliqué samedi M. Musca à l’AFP. « J’ai décidé de porter plainte pour dénonciation calomnieuse », a-t-il ajouté.