Julius Baer reprend les activités suisses d’ING pour 340 millions d’euros

La troisième banque helvétique Julius Baer reprend les activités suisses du bancassureur néerlandais ING pour 520 millions de francs suisses (343,7 millions d’euros) en numéraire, a-t-elle annoncé mercredi dans un communiqué.

Le spécialiste de la banque privée Julius Baer Group rachète par cette opération les filiales d’ING à Genève mais aussi les filiales de Monaco et de Jersey, a précisé le communiqué. Les activités d’ING dans la Confédération comptent 310 collaborateurs et ses actifs sous gestion totalisent 15 milliards de francs suisses.

Avec cette opération, Julius Baer augmente de 10% ses propres dépôts et double sa présence sur la place financière genevoise.

Les coûts de l’acquisition sont estimés à 65 millions de francs suisses, dont les deux tiers seront comptabilisés l’année prochaine. “Julius Baer tire profit des développements actuels dans les marchés en acquérant un actif de haute qualité avec un solide historique de profitabilité”, a estimé le président de Julius Baer, Raymond Baer, cité dans le communiqué.

Le directeur général Boris Collardi se réjouit “d’accroître significativement les activités de nos plateformes domestique et européenne tout en renforçant notre position en Europe Centrale, de l’Est, en Russie, et dans d’autres marchés de croissance”.

L’acquisition ne devrait pas avoir d’effet sur le bénéfice par action en 2010, mais elle devrait l’augmenter fortement à partir de 2011 pour se rapprocher des 10% d’augmentation en 2012, a indiqué l’établissement. Avec cette opération, entièrement financée par la trésorerie existante, le ratio de stabilité financière de la banque zurichoise se situera à environ 16%.

“Le désengagement de nos activités bancaires en Suisse montre une fois encore que nous avançons à grands pas sur la voie d’un retour à notre coeur de métier”, a déclaré de son côté le PDG d’ING Jan Hommen, dans un communiqué publié aux Pays-Bas.

Cette vente et celle récemment annoncée des activités d’assurance vie et médicale d’ING en Australie et en Nouvelle-Zélande montre “la volonté d’ING de se concentrer sur un nombre réduit de franchises et la réduction de la complexité du groupe”, a-t-il ajouté.

Le groupe néerlandais a par ailleurs indiqué mener des discussions sur l’avenir de ses activités en Asie, sans donner plus de détail. Au niveau mondial, en excluant la Suisse, ING totalise 48 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

La cession des activités helvétiques, qui doit être finalisée au premier trimestre 2010, doit générer un bénéfice net de 150 millions d’euros pour ING et libérer 200 millions de capitaux.

A la Bourse suisse, l’action Julius Baer progressait de 2,30% à 40,10 francs suisses, dans un marché quasiment stable à 7H30 GMT. Le titre ING progressait quant à lui de 2,23% à 11,93 euros, dans un marché en hausse de 0,53%.

L’opération, attendue par les marchés, a été positivement accueillie par les analystes de la banque Vontobel qui estiment qu’elle va “renforcer la base de capital” du groupe suisse.

Avec AFP