Italie : Les bourses clôturent en hausse, pas les compagnies d’assurances

La bourse a finalement clôturé en hausse de 1,5% mardi. Les compagnies d’assurances, fortement exposées à la dette italienne, ont en revanche terminé la journée en baisse.

L’agence de notation Standard & Poor’s a réaffirmé sa décision d’abaisser hier d’un cran la note de l’Italie, en dépit des mesures du gouvernement destinées à revenir à un équilibre budgétaire en 2013.

Mercredi, le gouvernement avaient en effet annoncé un plan d’austérité destiné à économiser 54,2Mds d’euros d’ici 2013 et ainsi réduire sa dette qui s’élève aujourd’hui à 120% du PIB.

L’agence de notation, qui avait déjà dégradé la note des Etats-Unis, a aujouird’hui justifié sa décision par les faibles perspectives de croissance et la fragilité du pouvoir en place. L’agence Moody’s pourrait elle aussi dégrader la note de l’Italie prochainement.

Les bourses européennes clôturent en hausse

Les marchés, qui s’attendaient à cette décision depuis longtemps, ne se sont pas laissés impressionner. A la mi-séance, le Cac40 reprenait 1,3% après une ouverture en baisse, et a finalement clôturé en hausse de 1,5%. Londres a progressé de 2 %,  Francfort de 2,9 % et Madrid de 1,7 %.

Compagnies d’assurances et banques restent cependant fragiles : à la fin de la journée, Axa perdait 2,48%, CNP Assurances, 1,95%. La Société Générale s’est repliée de  3,1 %, BNP Paribas, 6,5 % et Crédit Agricole, 2,1 %.

Les compagnies exposées à la dette italienne

Les établissements financiers français sont en effet beaucoup plus exposés à la dette italienne qu’à la dette grecque. Selon l’économiste Philippe Crevel, les titres italiens « représentent le 3e poste pour Axa, Allianz et Generali après les titres français et allemands ».

L’exposition nette d’Axa s’élève à 5,3Mds, soit 3.9% du fonds général au 30 juin. L’exposition brute de CNP Assurances représente de son côté 14,859Mds d’euros, soit 571M d’euros net à la même date, selon les chiffres fournis par les compagnies elles-mêmes.

Selon les chiffres du site Les Echos, BNP Paribas détient 20,8Mds d’euros de titres de dette italienne, le Crédit Agricole 8,7Mds d’euros et la Société Générale, 1,5Md d’euros.