Intempéries du Sud-Est : Une facture finale de 605M d’euros pour l’assurance

Le coût définitif des dommages matériels causés par les inondations meurtrières du 3 octobre sur la Côte d’Azur s’élève à 605 millions d’euros, a indiqué vendredi le président de l’Association française de l’assurance Bernard Spitz.

Le montant de cet épisode pluvieux d’une rare intensité (jusqu’à 200 litres d’eau au m2 en une heure à certains endroits), qui avait également causé la mort de 20 personnes, a été dévoilé l’issue d’une réunion avec les élus locaux à la préfecture de Nice (Alpes-Maritimes).

Les communes de Cannes (205 millions d’euros de dommages) et de Mandelieu-La Napoule (80 millions d’euros) concentrent à elles seuls presque la moitié des dommages, sur les 24 communes qui ont été déclarées en état de catastrophe naturelle. Au total, les assureurs ont enregistré 65.000 sinistres, dont 60% concernant des biens de particuliers (notamment les habitations), 27% des automobiles (17.000 véhicules endommagées) et 13% des biens de professionnels, ces derniers comptant pour presque la moitié de la charge totale des sinistres.

Les assureurs indiquent également que « 96 % des sinistres ont d’ores et déjà été réglés », et qu’il ne reste plus que quelques cas complexes à résoudre. La loi impose aux assureurs de rembourser dans les trois mois qui suivent la constitution du dossier. M. Spitz a également affirmé qu’aucune augmentation des primes d’assurance n’était prévue.

Les autorités préfectorales ont de leur côté annoncé, à l’issue de cette réunion à laquelle participaient notamment les maires de Cannes et de Mandelieu-La Napoule, la mise en place d’un plan d’actions destiné notamment à développer la sécurité civile dans le département, à améliorer l’information préventive et les réponses apportées en matière de sécurité civile. Un établissement public départemental de gestion des risques devra également être créé.