Insolite : Axa assure des motos médicales du Samu

Périgueux a été le théâtre d’une expérience très innovante menée par le Samu de Dordogne : l’emploi de motos transportant des médecins et leur matériel. Une initiative qui n’aurait pu être testée sans Axa qui a élaboré des polices couvrant les pilotes, les passagers et les véhicules concernés.

Chaque minute compte en cas d’urgence médicale. Malheureusement de nombreux décès sont dus à une arrivée tardive des secours englués dans des embouteillages. Les ECB pourraient changer cela. Les Emergency City Bikes sont de grosses motos avec pour passager un médecin et son équipement (défibrillateur, oxygène, etc.). L’idée en revient à Raymond Loizeaux et au docteur Ali Afdjei, qui l’ont étrennée lors du dernier Marathon de Paris. Restait à l’expérimenter grandeur nature avec le Samu de Dordogne.

L’expérience a failli avorter faute d’assurance pour les pilotes, leurs passagers et les motos cas de dommage subi ou causé. Raymond Loizeaux s’est donc tourné vers Eric Heim, agent général Axa à Strasbourg, vétéran de l’organisation des premiers Paris-Dakar, rencontré quand il était motard à la Garde républicaine, ‘porteur d’eau’ d’Hubert Auriol, avant de monter une société de moto-taxi.

D’où l’idée d’adapter les polices de moto-taxi à cette activité presque particulière. “Les pilotes sont obligés de rouler vite pour sauver des vies. On pourrait dire qu’ils remplissent une mission de service public. Axa couvre aussi les médecins. Mais ni l’un ni l’autre ne doivent prendre des risques inconsidérés. Le matériel médical reste couvert par le Samu” explique Eric Heim. Entre-temps de discrets soutiens sont entrés dans la danse : Honda et BMW ont cédé et customisés trois grosses cylindrées. D’abord en repeignant les carénages en jaune fluorescent, avant d’installer deux gyrophares, une sirène et un système de géolocalisation en temps réel. Les contrats paraphés, Raymond Loizaux pouvait signer une convention avec le directeur du Samu de Périgueux, pour une semaine d’évaluation, du 30 septembre au 6 octobre dernier.

Bilan : quatre vies sauvées en en sept jours. Les ECB sont arrivées très vite sur les lieux et, au retour, escortaient l’ambulance évacuant les patients. Le préfet et le colonel des pompiers de Dordogne plébiscitent la formule : le premier a envoyé une note au cabinet de Manuel Valls pour accélérer son homologation. “Nous avons démontré que ces motos médicales complétaient les flottes des services d’urgences. Les économies sont aussi évidentes puisque les ambulances ne décalent que si elles sont nécessaires“.