Inondations : 55 communes de la Côte-d’Or placées en état de Cat’Nat’

L’état de catastrophe naturelle a été reconnu jeudi pour une cinquantaine de communes de Côte-d’Or touchées en mai par les inondations. Au total, une centaine de communes ont été reconnues.

Cinquante-cinq communes du département ont été placées en état de catastrophe naturelle “suite à inondations et coulées de boue“, a précisé la préfecture dans un communiqué. Quatre communes ont été considérées comme ayant été touchées par des inondations “suite à remontée de nappe naturelle“. Trois d’entre elles ont obtenu la reconnaissance d’état de catastrophe naturelle pour les deux types d’inondation.

Une cinquantaine d’autres ayant déjà été classées fin juin, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Début mai, plusieurs cours d’eau, dont l’Ouche, avaient débordé et inondé plusieurs centaines de maisons dans le département. Une partie de la ville de Dijon avait été touchée par la montée des eaux. Fin juin, 52 autres communes, dont Dijon et Beaune, avaient déjà été reconnues en état de catastrophe naturelle en Côte-d’Or.

Au total, ce sont donc plus d’une centaine de communes sur les 706 que compte le département qui ont été placées en état de catastrophe naturelle après les inondations.

La constatation de l’état de catastrophe naturelle par arrêté au Journal officiel peut activer la garantie des assurés contre les effets des catastrophes naturelles sur les biens faisant l’objet de contrats d’assurance visés au code des assurances.

Les sinistrés disposent d’un délai de dix jours à compter de la date de publication de cet arrêté au Journal officiel, pour déposer auprès de leur compagnie d’assurances un état estimatif de leurs pertes afin de bénéficier du régime d’indemnisation prévu par la loi du 13 juillet 1982“, rappelle la préfecture de Côte-d’Or.

Dans le Rhône, la préfecture a annoncé la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour les communes de Cercié et Saint-Jean d’Ardières, mais pas pour Charentay, Chaponnay et Simandres. Ces territoires avaient été touchés par de fortes pluies les 2 et 3 mai.

AFP