Incendies / Dégâts : Des milliers d’hectares partis en fumée dans le sud de l’Europe

    Les incendies estivaux qui ont fait sept morts cette semaine dans le sud de l’Europe continuaient de faire rage vendredi, en particulier en Espagne, en Italie et en France.

    En Espagne, où cinq pompiers sont morts et où plus de 17.000 hectares de végétation sont partis en fumée depuis le début de la semaine, plusieurs incendies restaient actifs tandis que d’autres étaient contrôlés ou sur le point de l’être. Des conditions météorologiques défavorables, avec des vents forts et des températures élevées, compliquaient toujours le travail des pompiers.

    L’Aragon (nord-est) restait la région la plus touchée, avec près de 10.600 hectares brûlés, surtout dans la province de Teruel. Quelques 500 pompiers et agents spécialisés combattaient encore les flammes vendredi avec l’aide de plusieurs avions, a indiqué le gouvernement régional. Un conducteur de camion de pompiers est décédé jeudi alors qu’il tentait d’éteindre ce feu.

    Un nouvel incendie, déclaré jeudi soir dans la Sierra de Cabrera, dans la province d’Almeria en Andalousie (sud), forçant l’évacuation de 1.500 personnes, était en voie d’extinction vendredi à la mi-journée et les habitants rentraient progressivement chez eux.

    A Horta de Sant Joan en Catalogne (nord-est), l’incendie qui a tué mardi quatre pompiers et brûlé 1.200 hectares était enfin “en phase de contrôle” vendredi matin, selon les pompiers. En Castille-et-Leon (nord), quelque 4.200 hectares ont été brûlés. Dans province de Cuenca en Castille-la-Manche (centre), où 3.000 hectares ont brûlé, un feu restait actif vendredi.

    En Italie, la protection civile et les pompiers avaient repris vendredi matin leur lutte contre les feux de forêts en Sardaigne pour essayer de venir à bout de six incendies toujours actifs sur l’île, qui ont causé jeudi la mort de deux personnes, un berger et un éleveur. Quelque 10.000 hectares de maquis auraient déjà été détruits par les flammes, selon l’agence Ansa. Un autre incendie s’est déclaré en Toscane (centre).

    En France, le feu principal qui s’était déclenché mercredi et s’était propagé jusqu’aux portes de Marseille (sud) était “éteint” vendredi matin, ont indiqué à l’AFP les marins-pompiers. Le Premier ministre français, François Fillon, a promis jeudi des sanctions après les tirs d’entraînement militaires à l’origine de ce feu.

    En Corse, trois incendies déclarés jeudi ont brûlé près de 4.000 hectares de maquis et forêts, a indiqué vendredi à l’AFP le commandant des pompiers Bruno Maestracci.Les trois feux ont fait cinq blessés légers parmi les pompiers. Deux chevaux ont péri dans les flammes, une cinquantaine de véhicules et une dizaine de maisons ont été brûlés.

    En Grèce, plusieurs petits incendies ont éclaté sans faire toutefois de blessés ou des dégâts graves. Les plus récents ont eu lieu, mercredi et jeudi, en Attique (agglomération d’Athènes) ainsi que dans l’ouest de la péninsule du Péloponnèse et sur l’île d’Evia (est). Ils ont été attisés par de forts vents et détruit des broussailles et des terres agricoles.

    En Turquie, un incendie qui s’est déclaré jeudi soir dans la décharge de Bodrum, importante ville balnéaire du sud-ouest du pays, et qui s’est propagé dans une zone boisée, a pu être difficilement maîtrisé jeudi. Dix hectares de foret ont été brûlés, selon les autorités locales, cités par l’agence Anatoli

    En Algérie, où les températures avoisinent 40° dans le nord et 47° dans l’intérieur, de nombreux incendies de vergers et de palmeraies ont également été constatés.

    AFP