Groupama dévoile son plan stratégique 2010 – 2012

Groupama a présenté ses ambitions à 3 ans sur son marché domestique et à l’international. L’assureur vert vise un chiffre d’affaires total de 20MdE en conjuguant croissance organique et acquisitions ciblées.

L’annonce par le Monde du projet de rapprochement entre Groupama SA, le Crédit agricole et la Société générale laisse de marbre Jean Azéma, directeur général de Groupama. Le mariage à trois ne serait pas à l’ordre du jour du côté de la rue d’Astorg. En attendant de possibles rebondissements dans ce dossier, l’assureur vert a dévoilé sa feuille de route pour les trois prochaines années. L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires global de 20MdE à fin 2012 (soit une croissance annuelle de 6%) ce qui lui permettrait d’accéder au top 10 européen. Pour y parvenir, l’assureur mise à la fois sur la croissance de son marché domestique et sur le développement de ses implantations à l’étranger.

En France, Groupama cherchera à consolider ses positions en assurances dommages via une politique active d’innovation produits. La croissance espérée est de 3% par an contre 6% en assurances de personnes. Sur ce segment, les efforts porteront sur l’élargissement des gammes épargne individuelle et retraite collective ainsi que sur l’amélioration des outils de gestion. L’assurbanquier indique également qu’il misera plus que jamais sur des produits packagés associant couvertures d’assurances et prestations bancaires.

A l’international, Groupama vise une croissance annuelle moyenne de 8%. Le premier défi sera de finaliser les nombreux processus d’intégrations réalisés en 2009 (Italie, Hongrie, Roumanie, Turquie…). L’assureur a également prévu d’enrichir ses réseaux de distribution en ouvrant de nouvelles agences et en renforçant ses accords de bancassurance tout en continuant à surfer sur le potentiel du canal Internet.

Enfin, le groupe annonce qu’il procédera à une ou des opérations de croissance externe ciblées. Ces acquisitions seront, selon toute vraisemblance, financées par l’ouverture très probable du capital de Groupama SA.