Grippe A : Le niveau 6 d’alerte pourrait être décrété en septembre selon Mme Bachelot

    La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a indiqué mardi qu’il était “probable” que la France passe au niveau 6 de son plan de lutte contre la pandémie grippale en septembre, précisant que “rien n’est encore certain”.

    “Il est probable que nous passerions au niveau 6 au niveau de la rentrée scolaire du mois de septembre, mais rien n’est encore certain puisqu’il nous faut regarder avec beaucoup de soin comment la grippe évolue”, a déclaré la ministre sur France Inter.

    Le niveau 6 du plan français de prévention et de lutte pandémie grippale, niveau d’alerte maximal, propose tout un catalogue de mesures parfois drastiques, comme la fermeture des écoles, sans pour autant qu’elle entrent en vigueur systématiquement.

    “Pour l’instant nous avons une circulation qui commence à être active sur le territoire, mais avec des cas très limités qui justifient que pour l’instant nous nous maintenions au niveau 5A”, a-t-elle souligné. “Mais il est très probable que le début de l’automne verra une circulation beaucoup plus active du virus”, a-t-elle ajouté.

    Mme Bachelot a par ailleurs indiqué que la vaccination contre le nouveau virus A(H1N1) “sera pris en charge par les systèmes de solidarité nationale”. “Il faut que chacun puisse se faire vacciner”, a-t-elle dit. “Nous avons 94 millions de doses qui sont achetées ferme, nous avons calculé qu’à peu près les trois quarts de nos compatriotes souhaiteraient se faire vacciner, puisque nous ne sommes pas dans une stratégie de vaccination obligatoire pour l’instant”, a également déclaré la ministre. “Nous aurons à déployer une logistique particulière très probablement dans des centres de vaccination”, a-t-elle précisé.

    “Nous sommes en train de fixer les lieux, les personnels, nous ne restons pas évidemment les bras ballants sur cette affaire”, a souligné la ministre. “Beaucoup de centres peuvent être mobilisés, des dispensaires, des mairies, des centres de santé, des cabinets médicaux qui pourraient être désignés”, a-t-elle indiqué.

    AFP