Grippe A : La Croix-Rouge internationale prête à répondre à la pandémie du virus

    0

    La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est prête à intensifier son soutien aux Sociétés de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge qui répondent à la grippe A (H1N1), suite à la décision prise le 11 juin par l’Organisation mondiale de la santé de passer à la phase 6 dans son dispositif d’alerte pandémique.

    “Bien que cette décision ne reflète pas nécessairement le degré de gravité de la pandémie, elle constitue toutefois une confirmation du bien-fondé de notre mise en garde à la communauté internationale, que nous engagions à rester vigilante face au virus H1N1”, indique Dominique Praplan, chef du département « santé » de la FICR à Genève.

    “A travers le monde entier, nos Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge doivent être mobilisées et se préparer à répondre à la crise sur la base des missions qui peuvent leur être confiées par leurs gouvernements respectifs en leur qualité d’auxiliaires des pouvoirs publics”, ajoute-t-il.

    Depuis l’apparition du virus H1N1 au Mexique, beaucoup d’entre elles ont déjà joué un rôle crucial en termes de santé publique en s’efforçant de limiter l’impact potentiellement dramatique d’une éventuelle pandémie de grippe. A cet effet, elles ont mis sur pied des mesures et activités très diversifiées allant d’un rôle de conseil aux gouvernements et aux partenaires de l’ONU sur la meilleure façon de préparer les populations dans le domaine sanitaire, en passant par une assistance directe aux populations touchées, la coordination des activités de la société civile, la diffusion de messages de santé publique ou le transport de patients à l’hôpital.

    Cependant, malgré le fait que la FICR ait tenté par tous les moyens de mobiliser des fonds, elle est encore loin d’être parvenue à réunir l’argent nécessaire pour répondre aux besoins détaillés dans l’appel préliminaire de 5 millions de francs suisses (USD 4,4 millions / EUR 3,3 millions) lancé le 30 avril dernier. L’annonce par l’OMS d’un passage en phase 6 doit mettre en avant le caractère urgent de la nécessité de mobiliser des fonds.

    « Nous sommes vraiment inquiets face à cette difficulté à trouver des financements car il est tout à fait essentiel d’aider les sociétés de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge des pays en développement à se préparer », déclare Robert Kaufman, chef de l’unité de préparation aux pandémies à la FICR.

    “La pandémie s’étend. Même si nous ignorons comment le virus va évoluer, nous savons déjà qu’il aura un impact plus fort dans les pays en développement, là où les populations les plus vulnérables risquent de souffrir énormément même si la gravité du virus n’est que modérée, ceci en raison des complications que peuvent entraîner une alimentation mal équilibrée ainsi que la conjonction avec d’autres maladies. Il est plus urgent que jamais de consolider les plans d’action et de garantir la mise en oeuvre partout dans le monde de mesures de prévention de base afin de limiter les conséquences d’une pandémie désormais officiellement déclarée.”

    La réponse de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’appuie sur plusieurs années d’expérience acquise dans le cadre des crises du SRAS et de la grippe aviaire. Depuis l’apparition du virus, la FICR a agi en étroite coopération avec l’Organisation mondiale de la santé ainsi qu’avec le partenariat mondial pour la préparation à la pandémie humaine (H2P) que la FICR dirige actuellement.