Grèce : Les pertes se chiffrent à 3 Mds d’euros pour les assureurs et banques français

La décote enregistrée par les banques et assureurs français sur leurs titres d’Etat grecs dans le cadre de leur participation au nouveau plan de soutien à ce pays sera d’environ 3 Mds d’euros, a indiqué vendredi le président de la Fédération bancaire française.

Alors que Bercy annonçait jeudi une participation du secteur financier privé français sur 15 Mds d’euros, soit la valeur totale des obligations grecques détenues jusqu’à 2020, François Pérol a évoqué vendredi sur France Inter des pertes de 3 Mds pour le secteur, après décote des titres.

« Nous faisons un effort d’à peu près 20% du montant de la dette que nous avons prêté jusqu’en 2020 », a-t-il expliqué. Un montant significatif selon « significatif », selon le président de la Fédération bancaire française.

Les pertes du Crédit Agricole à hauteur de 150 M

Le Crédit Agricole a révélé jeudi l’impact des provisions qu’elles avaient réalisé pour prendre en compte la décote des titres grecs, qui s’élèvent à 150 M d’euros. M. Pérol a indiqué que l’effet serait, pour le groupe BPCE dont il est président du directoire, inférieur à 100 M d’euros.