Grèce: Les compagnies d’assurance françaises d’accord pour participer au plan d’aide

Le président français Nicolas Sarkozy a confirmé vendredi à Bruxelles que les compagnies d’assurance françaises et les banques étaient prêtes à participer au futur plan d’aide européen à la Grèce « sur la base du volontariat », à l’issue d’un sommet européen.

« La réponse est oui mais ce ne sont pas simplement les banques, ce sont aussi les compagnies d’assurances et ça faisait partie des négociations que j’avais engagées (…) avec Angela Merkel », a déclaré M. Sarkozy en réponse à une question lors d’une conférence de presse.

« Nous avons eu beaucoup de réunions de travail avec les banques et les compagnies d’assurance françaises. Par ailleurs, nous sommes au courant des réunions de travail qui se sont tenues dans l’ensemble de la zone euro avec les mêmes intervenants dans leur pays. Et je puis vous dire que de ce côté-là, nous n’avons pas de difficulté ou pas de crainte », a-t-il ajouté.

« Sur les conditions, on communiquera le moment venu, mais il y a une volonté de sauver l’euro, d’assurer la solidarité de la zone euro, qui est extrêmement forte », a insisté le chef de l’Etat français.

La France est le pays le plus exposé à la Grèce, mais cette exposition concerne majoritairement des créances sur le secteur privé.

Concernant les obligations émises par l’Etat grec, BNP Paribas en détient pour 5 milliards d’euros, Société Générale pour 2,5Mds et Crédit Agricole pour 600M d’euros. Chez les grands assureurs, Axa possédait,fin mars, une exposition nette de 300M d’euros, tandis que celle de CNP Assurances était de 127M.