Gouvernance : Le directeur général Bob Benmosche reste aux commandes d’AIG malgré son cancer

Bob Benmosche, directeur général de l’assureur américain AIG, sera en mesure de rester à son poste malgré le cancer dont il est atteint, a indiqué lundi le groupe après avoir reçu un pronostic médical favorable sur son patron.

“Robert Benmosche a reçu un pronostic médical indiquant qu’il devrait être en mesure de rester à son poste”, indique l’assureur quasi-nationalisé dans un communiqué. “Mes médecins m’ont donné un pronostic encourageant, au moment où je continue un traitement contre le cancer”, a commenté M. Benmosche.

M. Benmosche avait indiqué préalablement qu’il quitterait ses fonctions si ses médecins estimaient que son état de santé n’était pas assez bon. Mais il souhaitait rester dans le cas contraire jusqu’à ce que toutes les actions du gouvernement, qui détient actuellement 92% de l’assureur, aient été vendues. “Le plus probable est que je reparte en retraite en 2012”, a précisé M. Benmosche, ex-patron de l’assureur Metlife, qui avait interrompu sa retraite pour prendre la direction d’AIG pendant l’été 2009.

“Le conseil d’administration est en train de planifier activement la succession du directeur général et nous nous engageons à mener une transition ordonnée”, a pour sa part commenté le président du CA, Steve Miller.

Le communiqué rappelle par ailleurs le plan de succession d’urgence: si M. Benmosche devait abandonner ses fonctions actuelles, il serait remplacé par intérim par M. Miller dans l’attente de la sélection d’un remplaçant de long terme. “Nous sommes très contents pour Bob et nous réjouissons de continuer à travailler avec lui, tandis qu’AIG travaille à rembourser ce qui reste de l’investissement des contribuables” dans la société, a commenté pour sa part le secrétaire au Trésor Tim Geithner.

Le Trésor des Etats-Unis a augmenté ce mois-ci sa part dans AIG à 92%, et prévoit de sortir du groupe au fil du temps, en fonction des conditions du marché.

Conformément à ce qui était prévu, AIG a jusqu’à présent remboursé les 47 milliards de dollars qu’il devait à la banque centrale.

New York, 24 janvier 2011 (AFP)