Generali : Antoine Bernheim pourrait prolonger d’un an

Le Français Antoine Bernheim, âgé de 85 ans, pourrait être prolongé pour un an à la présidence de l’assureur italien Generali avec le soutien de Vincent Bolloré, si aucun accord n’est trouvé sur sa succession, affirme vendredi la presse italienne.

« L’hypothèse d’un maintien du statu quo, avec la confirmation pour un an d’Antoine Bernheim à la présidence, pourrait refaire surface », selon le quotidien économique Il Sole 24 Ore. « Dans cette partie de poker, cela dépendra aussi de Vincent Bolloré, qui d’une part aurait assuré Cesare Geronzi de son appui et de l’autre aurait reconfirmé son soutien à Bernheim », ajoute le journal.

D’autres quotidiens comme La Repubblica relaient également cette hypothèse. Antoine Bernheim, président de Generali depuis 2002 après l’avoir été de 1995 à 1999, n’a jamais caché qu’il serait prêt à rester à son poste si on le lui demandait. La banque d’affaires Mediobanca, actionnaire de référence de Generali avec une part de 14,7%, réunit vendredi après-midi son comité de nomination pour désigner ses candidats pour le nouveau conseil d’administration de Generali dont le mandat est de trois ans.

Cette liste contiendra le nom du nouveau président que Mediobanca veut voir nommé, mais formellement la nomination de ces candidats devra être approuvée par l’assemblée générale qui se tiendra le 24 avril et c’est ensuite le conseil d’administration qui élira le président. Vincent Bolloré, qui est très proche d’Antoine Bernheim, fait partie du comité de nomination de Mediobanca en tant que chef de file des actionnaires français de la banque.

Selon la presse, le candidat ayant le plus de chances de succéder à M. Bernheim est Cesare Geronzi, le président de Mediobanca, mais il ne semble pas faire l’unanimité pour le moment. L’autre hypothèse serait une solution interne à Generali avec la nomination de Giovanni Perissinotto, l’un des deux directeurs généraux du groupe. Si l’indécision domine vendredi après-midi, la presse italienne souligne en outre qu’il est possible que la décision ne soit finalement prise que la semaine prochaine.

Milan (Italie), 26 mars 2010 (AFP)