Face à l’explosion de ses pertes, le réhausseur Ambac demande au régulateur de pouvoir puiser dans ses réserves

    Le réhausseur de crédit américain Ambac, confronté à une nouvelle envolée de ses pertes, a demandé à son autorité de tutelle de l’autoriser à puiser dans les sommes mises de côté pour faire face à des situations d’urgence, selon un communiqué publié lundi.

    “Il n’y aucune garantie” que le régulateur, le bureau des assurances de l’Etat du Wisconsin, donne son feu vert à cette demande”, a concédé le groupe, sans préciser quelles seraient les conséquences d’un refus.

    Ambac est l’un des plus grands rehausseur de crédits américains, avec son concurrent MBIA. Ces sociétés permettent à des émetteurs obligataires de bénéficier de conditions de financement plus favorables en se portant garants du remboursement de l’émission. Elles avaient été l’un des premiers maillons de chaîne de la titrisation à craquer lors de la crise actuelle.

    Ambac, qui doit publier ses résultats trimestriels le 5 août, a indiqué s’attendre à une perte nette de 1,3 milliard de dollars au titre de ces trois mois. Ses provisions pour pertes de crédit devraient atteindre 800 millions de dollars et le règlement de deux transactions destinées à réduire son portefeuille de produits dérivés va l’amener à payer 750 millions en cash.

    Le groupe a souligné que les pertes potentielles sur son portefeuille de dérivés de crédit s’étaient encore accrues de 1,6 milliard de dollars au cours de ces trois mois pour atteindre 4,9 milliards de dollars.
    Pour économiser ses liquidités, le groupe a annoncé qu’il cesserait de rémunérer les actions préférentielles et les titres subordonnés qu’il a émis, ce qui pourrait s’apparenter à un défaut partiel.

    Dans les transactions électroniques suivant la clôture de Wall Street, l’action Ambac plongeait de 15,79%, à 0,80 dollar, vers 21H40 GMT.

    AFP