Évènements extrêmes : Matmut adopte une série de bonnes pratiques

Le Secrétariat d’État d’Aide aux victimes avait proposé aux assureurs d’adopter une charte de bonnes pratiques concernant la prise en charge des victimes d’actes de terrorisme, d’accidents collectifs ou de catastrophes naturelles. Les discussions avec la Fédération française de l’assurance sont en cours, mais la Matmut a décidé d’adopter certaines mesures à titre individuel.

Finalement, ce ne sera pas une charte adoptée par l’ensemble de la profession comme le voulait le Secrétaire d’État d’Aide aux victimes, mais l’engagement unilatéral de la part d’un seul acteur. Le Ministère se félicite de la résolution de la Matmut, sans rajouter de commentaire sur l’absence d’engagement de la FFA.

La Matmut s’engage donc à titre individuel à adopter une série de bonnes pratiques en matière de prise en charge des victimes. Sur la prévention des risques, elle s’engage à mener des « campagnes de prévention aux risques et sur les gestes qui sauvent », à « sensibiliser les entreprises sur la protection que leur confère une garantie perte d’exploitation » et à « alléger la procédure pour la déclaration de sinistre et la preuve des préjudices ».

Concernant la gestion de crise, la Matmut s’engage également à « proposer un accompagnement personnalisé et humanisant impliquant compréhension, disponibilité et écoute », à « mettre en place des référents victimes et à former ceux qui sont au contact des assurés à l’accueil et à l’écoute des 
victimes ayant subi un traumatisme psychologique ».

Sur la gestion de sinistre, la Matmut promet de « raccourcir les délais de réponse, appliquer de manière bienveillante les clauses contractuelles et, si les circonstances l’exigent, permettre une prise 
en charge au-delà des garanties contractuelles« . Enfin, elle s’engage à « accorder des aides aux petites entreprises, commerces et artisans en grande difficulté financière du fait de 
l’évènement ».

Plus précisément sur les victimes d’actes de terrorisme, la Matmut proposera un accompagnement psychologique et fournira une aide, y compris juridique sur les démarches d’indemnisation. Autre point important, la mutuelle s’engage à « supprimer les exclusions de garantie à raison de la survenance d’un acte terroriste et à ne pas appliquer de surprimes« .

Enfin, pour les victimes de catastrophe naturelle, la mutuelle mettra en place un numéro de téléphone gratuit pour répondre aux questions des sinistrés et veillera à la rapidité des délais de versement des avances sur indemnisation.