Evènements climatiques : Le début d’année aurait coûté 11 milliards de dollars aux assureurs

Munich Re, l’un des leaders de la réassurance, a annoncé via un communiqué que les évènements climatiques qui se sont déroulés au cours du premier semestre de l’année 2009 ont coûté près de 11 milliards de dollars aux assureurs, un chiffre  “un peu au dessus de la moyenne des dix dernières années”.

« Normalement, les pertes liées aux catastrophes naturelles sont plus faibles dans les six premiers mois que dans le reste de l’année, la plupart survenant au cours du seconde semestre de l’année avec la saison des ouragans en Amérique du Nord » explique le communiqué diffusé par le réassureur Munich Re.

Parmi les 380 catastrophes naturelles recensées dans le monde par le rapport, la tempête Klaus, qui a frappé le sud-ouest de la France et le nord de l’Espagne, a été la plus coûteuse pour les assureurs : 2,3 milliards de dollars (1,6 milliard d’euro) de sinistres et 3,8 milliards (2,7 mds euros) si on y ajoute les pertes économiques liées.

A cela s’ajoutent le tremblement de terre d’Aquila en Italie, les incendies de bush (brousse) en Australie, les inondations en Europe ou encore des tornades « et des phénomènes climatiques violents » aux Etats-Unis pour les principaux sinistres.

Mise à part le sinistre d’Aquila, le principal phénomène coûteux pour les assureurs est la bonne couverture de ces zones en matière d’assurances. En Italie par exemple, le tremblement de terre a engendré des pertes estimées à 2,5 mds de dollars (1,75 mds d’euros) mais n’a coûté « que » 260 millions de dollars (170 millions d’euros) aux assureurs en raison d’une faible couverture des particuliers de la région. Par contre, toutes les zones comme l’Europe, l’Amérique du Nord ou l’Australie sont bien équipées en assurances et donc bien indemnisées.