Euler Hermes à l’équilibre au 3ème trimestre, le niveau des défaillances reste élevé

L’assureur-crédit Euler Hermes, filiale de l’assureur allemand Allianz, a conclu le troisième trimestre sur un résultat à l’équilibre (+200.000 euros), toujours affecté par les défaillances d’entreprises liées à la crise, selon un communiqué publié lundi.

Le résultat d’Euler se redresse, après une perte de 15,6 millions d’euros au deuxième trimestre, mais, pour le président du directoire Wilfried Verstraete, “la crise est loin d’être terminée”.

L’assureur-crédit a bénéficié d’une politique de souscription plus sélective, qui lui a permis d’améliorer son ratio de sinistralité (coûts des défaillances rapporté aux primes collectées), qui est passé en-dessous de 80% pour la première fois depuis un an.

Néanmoins le nombre de défaillances reste élevé, comme en témoigne le résultat technique net (hors produit des placements financiers), qui reste en perte (-11 millions d’euros).

Une perte compensée par le résultat financier (+24 millions), avec une performance annualisée du portefeuille de placements qui s’est maintenue à 4,6%.

Par ailleurs, le groupe a enregistré des charges exceptionnelles de 7,6 millions d’euros, liées au plan de restructuration de sa filiale italienne.

Sur la période, le chiffre d’affaires est en baisse de 5,1% à 512 millions d’euros.

Malgré le “rebond que l’économie mondiale a connu au troisième trimestre”, Euler Hermes “ne prévoit pas d’amélioration significative de ses résultats au quatrième trimestre”.

Il anticipe une reprise “lente”, du fait d’une demande “affaiblie” dans les grands pays industrialisés par “la montée du chômage et les incertitudes sur le pouvoir d’achat des ménages”.

En vertu de ce scénario, les défaillances d’entreprises “resteront à des niveaux élevés en 2010”, selon Euler.

Paris, 9 nov 2009 (AFP)