Etude / Baromètre : 2011 est synonyme de regain de confiance pour les responsables RH

Les DRH consultés dans le cadre du baromètre Aon Hewitt / EChr tablent sur une hausse du chiffre d’affaires et des investissements en 2011.

Le 6ème Baromètre de la fonction RH, enquête conçue et menée pour le compte du Club européen des ressources humaines (EChr) par Aon Hewitt en janvier 2011, leader mondial du conseil en management et administration des ressources humaines (filiale du groupe Aon – NYSE : AON), fait état d’un regain d’optimisme de la part des responsables RH.

Leonardo Sforza, directeur des affaires européennes et de la recherche chez Aon Hewitt et auteur de cette étude, a déclaré :
« Le tableau d’ensemble qui ressort de l’édition 2011 du Baromètre européen de la fonction RH reflète à la fois l’amélioration de la conjoncture économique et les défis qui restent posés aux chefs d’entreprise et aux responsables politiques. »

« Les responsables RH viennent de traverser une période cruciale de transition, entre crise et reprise, qu’ils paraissent dans l’ensemble avoir su bien négocier. Affichant une certaine confiance dans les perspectives de croissance, les responsables RH comptent mettre plus que jamais l’accent sur les talents clés qui sauront assurer le succès de l’entreprise et accompagner son développement.

Ils continuent toutefois d’éprouver des difficultés à appréhender les problématiques émergentes liées au capital humain et à anticiper les besoins de l’entreprise. Cela explique peut-être le fait que les DRH soient de plus en plus nombreux – près de la moitié des participants – à regretter de ne pas être associés, mieux et plus en amont, aux décisions stratégiques de l’entreprise qui impactent les politiques et pratiques de gestion des ressources humaines.»

Leonardo Sforza ajoute :
« La plupart des entreprises s’accordent à penser qu’une culture d’excellence dans la gestion des ressources humaines est indispensable à leur succès durable. Le passage de la théorie à la pratique quotidienne est déjà une réalité pour les entreprises leaders, quel que soient leur secteur et leur lieu d’activité. Néanmoins, pour que l’excellence RH devienne la norme et non plus l’exception dans la majorité des entreprises, une mobilisation renforcée des professionnels de la fonction RH en partenariat étroit avec les autres départements clés de l’entreprise est indispensable. »

Jean-Dominique Perret, Président du Club européen des ressources humaines et DRH Groupe de Rexel, indique pour sa part :
« Je remercie Aon Hewitt pour cette enquête très instructive qui tombe à point nommé et qui apporte un nouvel éclairage sur les tendances en matière de gestion des ressources humaines et sur les lacunes y afférentes que les entreprises devront combler pour améliorer leurs résultats. Le baromètre 2011 montre bien le rôle que les RH ont joué dans la sortie de crise. Dans le même temps, l’enquête montre qu’au regard de la mondialisation croissante des échanges et de l’émergence de nouvelles attentes de la part des entreprises et de leurs salariés, la fonction RH doit être plus proactive et plus efficace. »

Principaux enseignements de l’enquête
Perspectives de croissance

• L’enquête montre que les professionnels RH tablent en 2011 sur une nette accélération de la hausse du chiffre d’affaires et des investissements par rapport à 2009 et 2010, seulement 2% des entreprises interrogées prévoyant une baisse cette année.

• La plupart des entreprises continuent de prévoir une hausse entre 4 et 9% mais la proportion de celles qui tablent sur une progression de leur chiffre d’affaires supérieure à 10% est passée de 13% l’année dernière à 35% en 2011.

• De la même manière, 25% des entreprises prévoient désormais une hausse des investissements supérieure à 10%, contre 16% en 2010 et seulement 4% en 2009.

• La révision à la hausse des prévisions pour 2011 est confirmée par les perspectives de l’emploi. A 26%, la proportion des entreprises qui prévoient une réduction de leurs effectifs est en net recul par rapport à 2010 (44%) et 2009 (71%).

• Dans le même temps, la proportion des entreprises qui prévoient de créer des emplois a augmenté, passant de seulement 8% en 2009 et 20% en 2010 à 28% en 2011. 46% des entreprises pensent maintenir le même niveau d’emploi.

• Quasiment toutes les entreprises interrogées ont déjà évalué les effets des mesures prises en 2010 pour faire face à la conjoncture et préparer la sortie de crise, avec des résultats qui semblent conformes aux objectifs fixés. Seulement 4% des entreprises déclarent ne pas avoir atteint leurs objectifs.

Facteurs ayant le plus d’impact sur les politiques RH

• La difficulté à recruter des collaborateurs qualifiés, ou à trouver les bons talents au bon endroit, apparaît cette année comme le facteur influençant le plus les politiques RH. La « pénurie de talents » passe en effet de la 5ème à la 1ère place en 2011.

• La réduction des coûts perd sa première place mais reste un facteur déterminant, tout comme les changements au niveau de la culture et de l’organisation de l’entreprise.

• Des objectifs financiers ambitieux, l’innovation en matière de produits et processus et – en nette progression par rapport aux années passées – le développement sur de nouveaux marchés arrivent également en haut de la liste.

• De l’avis général, ces facteurs internes et externes devraient avoir un impact sur les processus RH, sur la manière dont la fonction RH mesure sa valeur ajoutée et sur les nouvelles compétences que la profession devra développer.

Selon communiqué de presse