Etude : Rebond des primes pour les assureurs dans le monde en 2012

Selon Swiss Re, les primes des assureurs dans le monde ont progressé de 2,4% en 2012 après une baisse de 0,8% en 2011. Mais, la rentabilité des assureurs-vie, surtout en Europe de l’Ouest, pose le plus d’incertitudes.

La reprise s’est amorcée pour les assureurs dans le monde en 2012, même si les hausses des primes restent à des niveaux inférieurs à la tendance d’avant-crise. Avec la crise, les résultats sont aussi souvent en dents de scie chaque année.

La dernière étude de Swiss Re sur l’assurance dans le monde (sigma) fait état d’une croissance de 2,4% des primes mondiales, en termes réels, pour 4.613Mds de dollars contre une baisse de 0,8% en 2011 qui avait été plombé par les résultats des assurances-vie.

En 2012, le marché vie (2.621Mds de dollars de primes récoltées) a rebondi (+2,3%) faisant oublier en partie la contraction des primes en 2011 (-3,3%). Celle-ci s’expliquait par “de nouvelles réglementations de la distribution de l’assurance en Chine et en Inde”, qui avaient entraîné une chute de l’activité. En 2012, les marchés émergents sont de retour, ainsi que les pays avancés d’Asie et les États-Unis.

L’Europe de l’Ouest souffre toujours avec une réduction de l’activité. La croissance des primes vie reste bloquée par des taux d’intérêts bas, exerçant une “pression baissière sur le revenu des placements, mais qui dopent le capital comptable et les niveaux de solvabilité sous GAAP”, selon les auteurs de l’étude.

Des perspectives plus favorables en non-vie

Sur le marché non-vie, la croissance des primes s’accélère (+2,6% vs 1,9% en 2011) pour 1.992Mds de dollars récoltés, tirée par des expositions au risques plus étendues dans les pays émergents (+8,6%) mais aussi par des hausses tarifaires sélectives dans les pays matures. 2012 a été clémente en sinistralité, profitant à la rentabilité en non-vie grâce aussi à des libérations de provisions.

Au final, les auteurs de l’étude pronostiquent des conditions plus favorables en non-vie “puisque le secteur tirera profit de la forte performance économique des marchés émergents et des hausses de taux sélectives sur les marchés avancés. Toutefois, les hausses tarifaires risquent d’être modérées compte tenu de la surcapacité actuelle sur les marchés”, explique Mahesh Puttaiah, économiste chez Swiss Re.

L’avenir en Afrique

Et à plus long terme, Swiss Re s’appuie sur les projections démographiques et considère qu’à partir de 2062, la part de l’Asie dans la population mondiale décroitra en faveur de l’Afrique, futur marché de l’assurance.

Les primes vie y ont augmenté de 14% en 2012 à 50Mds de dollars (90% représenté par l’Afrique du Sud) contre 2,9% en 2011. Les primes non-vie se sont rétractées de 1% en conséquence de la baisse des exportations vers l’Europe et du ralentissement économique.