Escroquerie : Un mandataire en assurances écroué

Un mandataire en assurances de Metz a été mis en examen et écroué jeudi pour avoir escroqué des dizaines de clients de plusieurs millions d’euros.

Jean-Marc Grieshaber, 62 ans, est poursuivi pour abus de confiance, escroquerie, faux et usage de faux et blanchiment, selon le substitut du procureur de Metz, Thomas Bernard.

Une dizaine de victimes se sont manifestées pour le moment auprès de la justice, évoquant des montants cumulés de deux à trois millions d’euros. Mais l’ardoise finale pourrait être bien plus élevée, selon M. Bernard. 

L’avocat de plusieurs des victimes, Me Jean-Christophe Duchet, évoque de son côté une somme proche de 20M.

Le sexagénaire a convaincu des dizaines de clients aisés – médecins, commerçants, retraités, gagnants au loto -, de lui confier leur fortune, qu’il promettait de placer à des rendements de 7 à 9%. « Quand ils me demandaient de l’argent, je déshabillais l’un pour satisfaire l’autre, et ainsi de suite », a expliqué le suspect dans une interview au quotidien Le Républicain lorrain, réalisée avant son interpellation.

Le mandataire en assurance, décrit par un avocat comme un « Madoff lorrain », affirme cependant qu’il ne s’est pas enrichi personnellement et qu’il a monté ce système pour rembourser ses clients d’une escroquerie dont il avait lui-même été victime en 2000.

Le suspect a affirmé pendant 18 ans travailler pour le groupe de courtage Gras Savoye, mais ce dernier a précisé jeudi que le mandataire n’était pour lui qu’un « apporteur d’affaires » occasionnel.

Me Duchet a recueilli depuis octobre 2011 une cinquantaine de plaintes, et affirme en avoir une vingtaine supplémentaire en attente. Les victimes sont domiciliées en Moselle, en Alsace, mais également à Antibes, Cannes ou Saint-Tropez.

Une dizaine d’autres plaintes auraient été déposées chez d’autres avocats. L’avocat de l’escroc présumé, Me Stanislas Louvel, parle pour sa part d’une trentaine de victimes au maximum.

Son client a déclaré qu’il avait environ 180 clients et, selon son conseil, un grand nombre d’entre eux ne sont tout simplement pas encore au courant de l’affaire.

Strasbourg, 15 mars 2012 (AFP)