Could not resolve host: public.newsharecounts.com; Name or service not known

Tous les ans, les statistiques publiées par le Ministère du Travail confirment l’évidence : les PME tardent à se convertir à l’épargne salariale. Selon les derniers chiffres publiés par la Dares, 14,5 % des entreprises entre 10 et 50 salariés s’étaient dotées d’un Plan d’Épargne Entreprise (PEE) en 2015, contre 10 % en 2006. Plus la taille des entreprises augmente, plus cette tendance progresse, pour atteindre 79,1 % chez les entreprises de plus de 1 000 salariés (contre 70,4 % en 2006).

Ces chiffres témoignent d’un retard notable des PME dans le domaine de l’épargne salariale. Les PEE et Plan d’Épargne pour la Retraite Collectif (PERCO), sont pourtant des outils attractifs pour tous les salariés et tous les employeurs, qu’ils soient issus de petites structures ou de grands groupes.

Malgré ce retard, les données publiées sur l’abondement moyen et le versement moyen par salarié attestent de la force de l’engouement des PME et de leurs salariés pour le PEE, une fois converties. C’est en effet dans les plus petites structures recensées par la Dares que l’abondement moyen de l’employeur et le versement moyen du salarié sont les plus élevés, respectivement à 1 125 euros et 2 553 euros en 2015.

Ce succès s’explique aisément par le fait que ces dispositifs d’épargne salariale constituent en effet des supports d’épargne très attractifs et fiscalement avantageux pour le salarié. Investir sur ce type de contrat permet notamment de constituer un apport pour différents projets d’épargne comme par exemple l’acquisition de sa résidence principale ou l’amélioration de sa retraite. Pour l’employeur, couplés à l’intéressement ou à la participation, voire à de l’actionnariat salarié, les PEE et PERCO permettent de fidéliser les collaborateurs et de les associer au partage du profit.

La loi Pacte, un des grands chantiers du gouvernement Macron pour 2018, a pour objectif d’inciter les PME à franchir le pas. Le texte prévoit en effet de supprimer totalement le forfait social pour certaines entreprises de moins de 250 salariés qui ont un accord d’intéressement. Cette contribution, affectée à la Sécurité sociale, s’applique aux rémunérations extra-salariales non soumises à cotisations sociales, dont font partie l’intéressement et la participation, est aujourd’hui de 20 %. Les entreprises de moins de 50 salariés bénéficient aujourd’hui d’un taux réduit à 8 %, dans certaines conditions – pendant six ans quand elles signent leur premier accord d’intéressement.

L’objectif du gouvernement est de doubler le nombre d’entreprises de moins 50 salariés qui distribuent de l’intéressement ou de la participation.

Il ne reste plus qu’aux acteurs du secteur de l’épargne salariale d’affuter leurs arguments et de mobiliser leurs réseaux afin de mieux faire connaître les vertus des différents dispositifs, afin de convaincre les entreprises de l’intérêt de se doter d’un PEE ou d’un PERCO.

MERCER

Mes Solutions pour les entreprises TPE/PME

LES TPE-PME ont enfin toutes les assurances ! 

Avec Mes Solutions Mercer, faites le choix du sur mesure pour vos solutions de mutuelle santé collective, prévoyance, retraite, multirisque, mobilité internationale et même conciergerie. Petite ou moyenne, votre entreprise et vos salariés sont protégés sur tous les plans, et forcément plus performants !