Epargne retraite : Les français inquiets de l’avenir anticipent davantage

    retraite-702L’UMR, qui gère Corem, le seul régime complémentaire mutualiste par points, dévoile les résultats de la 4ème édition de l’Observatoire Français des Retraites. Ce dispositif, initié en 2006, a été réalisé en partenariat avec Ipsos auprès d’un échantillon représentatif de 1 015 Français.

    Les Français sont très majoritairement inquiets de leurs conditions de vie au moment de leur retraite

    La retraite inquiète les Français à plus d’un titre. 67% des Français se disent préoccupés de leur niveau de vie à la retraite et 75% d’entre eux inquiets du montant de la retraite qui leur sera versée. Ils se disent également inquiets quant à leur capacité à vivre de façon indépendante (54% se disent inquiets) mais également sur ce que seront leur santé et leur accès aux soins (58%).

    Les Français ne font pas confiance aux employeurs pour les aider à aborder sereinement la retraite

    Six Français sur dix déclarent ne pas faire confiance aux employeurs pour favoriser le maintien des plus de 50 ans en activité (60%) et laisser le choix aux salariés de travailler jusqu’à 70 ans (60%) s’ils le souhaitent (60%). La majorité des Français (53%) ne fait pas davantage confiance aux employeurs pour informer et sensibiliser les salariés sur la nécessité de préparer et d’épargner pour leur retraite. Cette défiance est un peu moins importante en ce qui concerne le développement dans les entreprises des systèmes d’épargne collective (48%).

    L’épargne retraite est désormais considérée comme une nécessité

    53% des Français déclarent avoir épargné d’une manière ou d’une autre en prévision de leur retraite et seuls 3% des Français disent ne pas avoir l’intention d’épargner. Les Français qui n’ont pas encore épargné en prévision de leur retraite (41%) allèguent très majoritairement un manque de moyens (68%) et la peur de perdre ses économies du fait de l’instabilité des marchés (39%). Les autres raisons invoquées sont le manque d’information (29%) et le manque d’intérêt pour l’épargne retraite (25%).

    Les Français déclarant avoir épargné en vue de la retraite sont majoritairement inquiets quant à l’impact de la crise sur leur épargne retraite (62%)

    Pour le moment, cette crainte reste relativement modérée puisque les répondants disent le plus souvent être « plutôt » inquiets (48%). Le sentiment d’être insuffisamment informés des effets de la crise sur leur épargne retraite nourrit les craintes alors que seul un Français sur trois (33%) s’en estime bien informé.  Par ailleurs, lorsque l’on demande aux Français si leur confiance dans un certain nombre de produits d’épargne a baissé depuis le déclenchement de la crise, les produits d’épargne spécifiques à la retraite apparaissent comme les moins touchés par la baisse générale du niveau de confiance.
    Les banques (37%), médias (19%) et mutuelles (13%) sont perçus comme les acteurs les plus légitimes pour informer de l’impact de la crise sur l’épargne retraite, devant les pouvoirs publics (12%), les proches (9%) ou l’entreprise (4%).

    Pour les Français, pour vivre sa retraite sereinement, il ne suffit pas de l’avoir préparé financièrement

    Les résultats attestent à quel point, pour les Français, une retraite réussie est un mélange de plusieurs « ingrédients ». Pour aborder la retraite sereinement, près d’un Français sur deux considère qu’il faut être propriétaire de son logement (49%), avoir mis de l’argent de côté (34%) et savoir à quelle retraite on aura droit (27%). Le fait d’avoir cotisé à un système d’épargne retraite complémentaire est cité par 23%. La lutte contre la solitude arrive au même niveau (22%) des Français affirment qu’être bien entouré au moment de sa retraite est essentiel. Cet item est mis en avant par 25% des retraités qui mettent moins
    l’accent sur les aspects financiers que leurs cadets, sauf en ce qui concerne la propriété de la résidence principale (55% citent cet item contre 49% de l’ensemble).

    Enfin, la capacité de l’employeur à aider et accompagner le salarié est très fortement mentionnée. 15% des Français soulignent l’importance d’être assuré de choisir le moment de son départ à la retraite. La possibilité de cumuler emploi et retraite en cas de besoin est, quant à elle, surtout envisagée par les personnes aux revenus les plus faibles : 21% des répondants dont le revenu net mensuel du foyer est inférieur à 1 200 € la citent (contre 15% pour l’ensemble).