Entreprise : Siaci Saint Honoré lance sa plateforme MyPrevention

0

Siaci Saint Honoré se positionne sur les services en lançant sa plateforme de prévention participative MyPrevention. Objectif, proposer un outil global aux assureurs, aux entreprises et aux branches professionnelles sur la question de la prévention des risques.

Dans un monde de la prévoyance et surtout de la santé très encadré et donc très uniformisé, les courtiers opèrent leur mue vers de nouvelles activités. “Nous notons une inflexion vers les activités de conseil. Elles représentent aujourd’hui 10% de notre chiffre d’affaires, mais pourraient grimper à 30% d’ici 3 à 5 ans”, lance Thierry Vachier, directeur exécutif protection sociale et rémunération globle chez Siaci Saint Honoré.

Doit-on y voir un objectif chiffré sur le nouveau produit présenté ce mardi ? Toujours est-il que le courtier mise beaucoup sur MyPrevention, une plateforme de prévention participative. Développé par une start-up, dans laquelle Siaci à pris une participation, et porté par MyP, une filiale détenue à 100% par le courtier, ce nouvel outil se présente sous la forme d’un écosystème mêlant vie privée et vie professionnelle des salariés avec une couche réseau social.

Dans sa version numérique, le portail propose notamment une série d’applications, baptisés des briques, autour de la santé, du bien être, de la nutrition, du sport, mais aussi de l’aide aux aidants, des services à la personne ou encore de l’ergothérapie. Pour le moment, la plateforme dispose d’une vingtaine de briques, “mais des start-up viennent frapper à notre porte pour nous proposer leurs services”, indique Thierry Vachier.

Un investissement d’1,5 million d’euros

Séduite par le projet, Engie fait partie des première entreprises à se lancer dans l’aventure en misant notamment sur l’aide aux aidants. “Nous sommes partis du constat que 4 millions d’actifs en France sont des aidants et que par conséquent dans notre entreprise nous devions compter des collaborateurs dans cette situation, témoigne Nathalie Tachet, chargée de mission à la direction des ressources humaines d’Engie. Mais au-delà de la question des aidants, nous souhaitions un outil qui accompagne les salariés de manière globale, tout en garantissant la sécurité de leurs données”. Développée avec le concours d’un hébergeur agrée de données de santé (HDS), la plateforme garantie la confidentialité aux utilisateurs de la plateforme. “30.000 de nos 70.000 salariés bénéficieront de cet outil d’ici la fin de l’année”, conclut Nathalie Tachet.

Siaci a investi 1,5 million d’euros pour la création de MyPrevention et compte en faire un outil proposé par les assureurs, les mutuelles, mais également au niveau des branches. “Que se passe-t-il en cas de co-recommandation ? s’interroge Thierry Vachier. Qui va prendre en charge la partie prévention ? Un tiers indépendant”. Pour séduire les assureurs, le courtier met en avant la modularité de son outil personnalisable à l’envi et donc différenciant par rapport aux autres acteurs. Un argument de poids dans le contexte de l’ANI. Ces derniers pourraient financer des briques mises à disposition de leurs assurés. Les assurés peuvent, aux aussi choisir leurs briques, tout comme les entreprises. C’est la partie multifinancement du projet.

Tout l’enjeu sera d’imposer la plateforme auprès des salariés. “Le plus dur n’est pas de les faire venir, mais de les faire revenir”, explique Laurent Grouas, directeur innovation et partenariats chez Siaci Saint Honoré. Pour y parvenir, le courtier prévoit des opérations de gamification qui consiste à remporter des points en foncftion de l’activité sur la plateforme ou d’objectifs fixés avec à la clé des cadeaux.