Dossier de la Rédaction : Double effet pour les franchises cautionnées ?

    Apparues en 1996, les franchises cautionnées ont peu à peu trouvé leur place dans le monde des complémentaires santé. En 2007, MMA, puis les AGF, ont proposé ces systèmes d’assurance santé au grand public. Formées sur la base du système créé par Groupe France Mutuelle, ces offres se distinguent pourtant par quelques détails mais garde le principe de base : une réserve d’argent est remboursée en fonction de la consommation de l’assuré. Entre responsabilisation et offre profilée à un marché, la frontière est mince.[media id=154 width=584 height=347]


    Jacques Garot en est convaincu (lire ici), les franchises cautionnées seront l’avenir de la complémentaire santé. D’autres assureurs ont rejoint le Groupe France Mutuelle sur ce créneau, tendant ainsi à le rendre « crédible » pour le grand public.
    Forcément, quand MMA et AGF offrent la possibilité d’être remboursé de la moitié de sa cotisation de complémentaire santé, les gens se méfient beaucoup moins.

    Lancées toutes les deux en 2007, d’abord par MMA en janvier puis par les AGF en mai, les offres avec caution ont remporté un succès certain. « Nous comptons actuellement 10 000 assurés à l’offre MMA Santé double effet » confirme ainsi Valérie Vincent, chef de produit Marketing Santé chez l’assureur du Mans.

    Par exemple, Ma Santé AGF est « spécialement conçue pour les jeunes actifs ». MMA confirme que la clientèle est plutôt « jeune et masculine ». Aux AGF, l’offre est limitée aux moins de 40 ans (souscription possible de 18 à 39 ans inclus) et s’articule autour de la prévention avec les « Plus Prévention » qui permettent d’obtenir une visite annuelle de prévention dentaire intégralement remboursée et non déduite de la réserve, l’incitation au sevrage tabagique ou encore avec la prise en charge, sous certaines conditions, de consultations chez des diététiciens ou ostéopathes non remboursés par la Sécurité sociale. Déjà peu malade, l’assuré est incité à en faire plus… pour coûter moins.

    Limitation des soins ?

    Les franchises cautionnées n’intéresseraient donc qu’une partie des assurés santé ? Pas forcément. L’économie est réelle. Avec l’offre MMA double effet, par exemple, le tarif est majoré de 15% par rapport à une offre de même gamme en assurance santé MMA. Autant dire qu’en cas de remboursement de 50% de la cotisation, c’est 57,5% du tarif de l’assurance santé classique qui revient dans la poche de l’assuré.

    Car les clients des franchises cautionnés sont vertueux. Du Groupe France Mutuelle aux AGF en passant par MMA, tous assurent rembourser près de 80% des assurés ! Et sur cette part, un sur trois touche l’intégralité de sa caution. C’est-à-dire qu’il n’a pas dépensé un centime en soin, même pour une simple consultation de contrôle dans l’année.
    « Il n’y a pas d’effet de limitation de soins. Globalement tous nos assurés consomment » affirme Valérie Vincent. La question reste entière pourtant. Mais difficile de savoir si l’assuré ne consomme pas « par habitude » ou s’il se limite en vu du remboursement.

    L’idée toujours avancée est donc celle de la responsabilisation de l’assuré, qui n’est plus un consommateur passif mais un acteur de ses dépenses de santé. Reste que ces clients sont pour la plupart de nouveaux clients, des patients peu consommateurs déçus de payer trop cher pour une assurance santé qu’ils n’utilisent pas. Pour les assureurs, le système des franchises cautionnées est un “anti-fuite”, une nouvelle arme sortie pour inviter les clients à ne pas résilier leur assurance santé. Un système qui séduit de plus en plus à une époque où l’arbitrage budgétaire joue à plein dans les modes de consommation.

    Comments are closed.