Distribution : Axa expérimente la vente privée en ligne

En juin dernier, la filiale d’Axa Family Protect commercialisait son offre prévoyance Famille Essentiel Accident sur le site internet Vente-Privée.com.

L’assurance et la vente privée en ligne font-elles bon ménage ? Axa, qui s’est lancé dans l’aventure de la vente événementielle en juin dernier via sa filiale Family protect, a désormais la réponse. Entre le 22 et le 26 juin dernier, les internautes ont ainsi pu souscrire le contrat Famille Essentiel Accident, offre de prévoyance modulable selon la situation familiale du souscripteur. Une première pour le groupe mais aussi pour le site Vente-Privée.com, qui n’avait jamais commercialisé de contrats d’assurance.

Une opération conforme aux canons de la vente privée

Alors que l’assurance en ligne demeure marginale, l’initiative peut sembler exploratoire. « Pionnière », fait valoir David Lattes, directeur des partenariats d’Axa Direct Protection, structure dédiée au marketing direct en matière de prévoyance. « Il existe de nouveaux canaux de distribution à tester, les sites de promotion en ligne en font partie », souligne-t-il, « d’autant plus que le site Vente-Privée commercialise déjà des services ». Le site, fondée en 2001, repose sur un concept simple : écouler les stocks de grandes enseignes à prix cassés, pendant une durée limitée.

L’opération de Family Protect respecte parfaitement les canons de la vente privée en ligne : Une durée de cinq jours et un prix de vente réduit autour de 50%. Une réduction qui ne concerne que la première année de vie du contrat, dont le montant est rehaussé des la deuxième année. Néanmoins, pas de stock à écouler ici : le nombre de contrats proposés est illimité, à l’inverse d’une vente en ligne traditionnelle.

Un « test interessant »

Une opération innovante donc, mais pour quel bilan ? Le groupe Axa refuse de communiquer sur le nombre de contrats conclus, résultat d’une politique de confidentialité du site Vente-Privée. Si aucun bilan chiffré n’est connu, David Lattes décrit néanmoins un « test intéressant », qui a mis en lumière « l’adéquation du support de la vente privée avec la commercialisation de contrats d’assurance ». De quoi renouveler l’expérience ? Pas à court terme, selon M. Lattes. « La vente privée est par définition événementielle. Rééditer l’expérience dans deux ou trois mois n’aurait pas de sens ».

L’expérimentation témoigne surtout du nouveau rapport des assurés à internet. Longtemps réfractaires, les français n’hésitent plus à souscrire en ligne. « Il y a un changement constaté sur la gamme auto/habitation. La nouveauté résidait ici dans le choix d’une offre prévoyance », met en avant M. Lattes. Signe d’un attrait pour le web, le groupe Family Protect a ainsi conclu plusieurs partenariats avec des acteurs du e-commerce.