Dette grecque : Quelles expositions pour les assureurs européens ?

Malgré de nouvelles conditions encore plus strictes dictées dernièrement par le Fonds Monétaire International sur l’échange de dette (voir l’article sur le sujet), les assureurs, bancassureurs et réassureurs européens absorberont les pertes (allant de 21% à 70%) sans difficulté : tour d’horizon de leurs expositions à la dette grecque.

Au niveau des montants des titres souverains grecs détenus par les établissements français à juin 2011, Axa affichait une exposition 300M d’euros, Groupama 540M d’euros, CNP assurances 52M d’euros, Covea 520M d’euros et la Macif 58M d’euros.

Pour les bancassureurs hexagonaux, l’exposition à la dette grecque s’élevait à fin septembre à 800M d’euros pour la Société Générale et 532M d’euros pour BPCE. A la fin octobre 2011, BNP Paribas affichait une exposition de 1,6Md d’euros contre 173M d’euros pour Crédit Agricole.

Pour le reste de l’Europe, Allianz voit le montant de ses titres souverains grecs à 500M d’euros à la fin septembre 2011, contre 400M d’euros pour le réassureur Munich Re à la fin décembre de l’année dernière. Generali Group était exposé à hauteur de 200M d’euros à la fin septembre 2011, enfin début novembre de la même année Aviva affichait une exposition de l’ordre de 120M d’euros.

Avec AFP.